Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

L’effondrement du bloc de l’Est
P.250-251

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 3

L’effondrement du bloc de l’Est




❯ Quelles sont les causes et les conséquences de la chute du bloc communiste ?

A
L’élan démocratique dans les régimes communistes


1
Des réformes profondes en URSS

Gorbatchev, un réformateur. Le 11 mars 1985, Mikhaïl Gorbatchev arrive à la tête de l’URSS. Il entreprend des réformes politiques et économiques (perestroïka) qui visent à restructurer le système soviétique sans toutefois abandonner le communisme. Tandis que le pays se tourne vers une économie plus libérale et s’ouvre sur le monde, la glasnost prône l’application de principes démocratiques au sein de la société. Pour ces raisons, Gorbatchev est très apprécié de l’Occident.

Une politique internationale dʼapaisement. Sur le plan extérieur, Gorbatchev détend les relations avec les démocraties populaires, cherche à apaiser les relations en Europe et à créer une « Maison commune européenne ». L’URSS se retire également d’Afghanistan dès 1988 et des autres terrains – Afrique, Asie, Amérique latine – petit à petit.

2
Un régime soviétique fragilisé

L’effritement du communisme à l’Est. LʼURSS favorise de plus en plus les éléments réformateurs des Partis communistes des démocraties populaires. En outre, Gorbatchev renonce officiellement à la doctrine Brejnev en promettant de ne pas intervenir en Europe de lʼEst pour réprimer les opposants politiques : ceux-ci sont donc encouragés à aller plus loin dans leurs revendications. En Pologne, par exemple, dʼimportantes grèves dévoilent les crispations sociales et politiques. Le pape Jean-Paul II (Karol Wojtyla), polonais, est élu en 1978 et soutient ces mouvements. Enfin, le syndicat Solidarnosc, mené par Lech Walesa et Anna Walentynowicz, devient le symbole de l’opposition au régime communiste.

La montée des tensions. Les républiques qui constituent l’URSS ne se ressemblent pas : ce sont des pays pluri-ethniques, dans lesquels des religions différentes et parfois opposées sont pratiquées. Dès la fin des années 1980, des conflits éclatent dans ces républiques.

Biographie

Mikhaïl Gorbatchev (1931)

Mikhaïl Gorbatchev (1931)

Homme politique russe, membre du Politburo à partir de 1980, il devient secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique en 1985. Il décide alors de lancer d’importantes réformes économiques (la perestroïka), mais aussi sociales et culturelles (la glasnost). Sur le plan extérieur, il cherche à mettre fin à la guerre froide et s’engage notamment en faveur du désarmement nucléaire. Cependant, quand le bloc de l’Est s’effondre, il ne parvient pas à maîtriser la situation et démissionne en 1991.

Vocabulaire


Glasnost


Perestroïka


Solidarnosc


  • Glasnost : « transparence » en russe. Politique de Gorbatchev, mise en place après l’accident nucléaire de Tchernobyl, qui prône la liberté d’expression, d’information et de communication.

  • Perestroïka : « reconstruction » en russe. Ce mot renvoie aux politiques économiques et sociales de Gorbatchev.

  • Solidarnosc : syndicat polonais fondé en 1980 après une vague de grèves d’ouvriers dans le pays.


B
La chute des régimes communistes


1
La fin du « rideau de fer »

La chute du mur de Berlin. Le 9 novembre 1989, dans le contexte de détente internationale promu par Gorbatchev, la frontière qui sépare Berlin-Est et Berlin-Ouest est ouverte. Des milliers de Berlinois s’élancent rapidement sur le mur de Berlin pour le détruire physiquement dans une ambiance de liesse populaire. Matérialisation du « rideau de fer » qui séparait idéologiquement et symboliquement le monde, le mur cesse d’exister. La réunification entre les deux Allemagnes est actée le 3 octobre 1990.

La fin de la Guerre froide. Quelques semaines après la chute du mur, le président des États‑Unis George H. W. Bush et Mikhaïl Gorbatchev se rencontrent lors du sommet de Malte en décembre 1989 et mettent un terme à la Guerre froide. C’est la fin officielle du conflit, même si l’URSS continue d’exister.

2
Lʼabandon du communisme en Europe

L’effet domino. En 1989, tous les régimes communistes dominés par l’URSS se détournent du régime soviétique et proclament leur indépendance. Les barbelés qui séparent la Hongrie de l’Autriche sont démantelés dès mai 1989. Puis, après des manifestations et des élections libres, la République de Hongrie est proclamée. En Pologne, Solidarnosc remporte les premières élections libres et Lech Walesa est élu président en 1990. En Tchécoslovaquie, Vaclav Havel mène la « révolution de Velours » qui met fin pacifiquement au régime communisme, puis est élu président. En Bulgarie, la démocratie populaire s’effondre également dans le calme.

Seule la Roumanie connaît une transition brutale vers un régime démocratique. Le renversement du régime dictatorial de Nicolae Ceausescu fait plusieurs centaines de morts et se conclut par l’exécution de l’ancien dirigeant. Le pays s’engage ensuite dans un processus de démocratisation.

Les derniers régimes. L’éclatement de la Yougoslavie en 1991 fait naître de nouveaux États en Europe et plonge les Balkans dans des conflits ethniques et religieux meurtriers. Dernier régime communiste en Europe, l’Albanie se tourne vers la démocratie à partir de 1991.

3
L’effondrement de l’URSS

Un régime contesté. Favorisées par la glasnost, des contestations très fermes envers le régime soviétique sont exprimées pour la première fois dans la presse et la littérature. La catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986 accélère ces dénonciations et révèle les failles de l’URSS. En outre, Gorbatchev est également contesté à l’intérieur du Parti pour ses réformes politiques jugées trop radicales.

La fin de l’Union soviétique. En août 1991, un coup d’État manque de démettre Gorbatchev du pouvoir. Face à l’échec de son projet, Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991 en direct à la télévision, ce qui surprend beaucoup les Soviétiques. Le jour suivant, l’URSS cesse officiellement d’exister et quinze nouveaux États apparaissent sur la scène internationale (▸ doc 1).

Biographie

Vaclav Havel

Vaclav Havel (1936-2011)

Dramaturge et écrivain tchécoslovaque, il s’oppose au régime communiste et est plusieurs fois emprisonné. Devenu l’un des leaders de la révolution de Velours en 1989, il est élu président de la République et s’emploie à démocratiser le pays. Il démissionne après la partition entre Tchèques et Slovaques mais redevient président de la nouvelle République tchèque en 1993.

Vocabulaire


Conflit ethnique


Démocratisation


  • Conflit ethnique : conflit, dans un ou plusieurs pays, entre différentes populations qui partagent une culture, une histoire, une langue et/ou une religion communes.

  • Démocratisation : processus par lequel un régime politique ou une institution sʼefforce de mettre en pratique les principes démocratiques (élections libres, pluralité des partis politiques, séparation des pouvoirs, garantie de la liberté d’expression et de l’égalité de tous les citoyens).





1
L’effondrement de l’URSS
Cliquez ici pour télécharger cette carte en format pdf.
Fond de carte
Frontières de l’URSS
Frontières de la Russie après les indépendances
États déclarant leur indépendance en 1990-1991

Histoire et fiction

Le 26 avril 1986, l’un des réacteurs nucléaires de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, explose. Cet accident représente la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle. La série télévisée anglaise Chernobyl raconte avec une grande précision la façon dont le gouvernement soviétique réagit à cette catastrophe, entre prévention et désir de dissimulation.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.