Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La poésie « c'est pour mieux voir »
P.162-163

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


La poésie « c'est pour mieux voir »






CHRISTIAN DA SILVA

(1937-1994)


CHRISTIAN DA SILVA (1937-1994) a milité pour que la poésie contemporaine soit étudiée dans le milieu scolaire. Poète, il a revendiqué une « manière de vivre la poésie dans le quotidien ».

CHRISTIAN DA SILVA, Pour que le soir te prenne par la main

  Mes histoires et mes mots sont les mêmes que les tiens. Simplement, je les assemble de telle sorte qu’ils puissent te surprendre.
Si tu ne vois pas tout à fait ce que je vois, ça n’a pas d’importance : l’essentiel est que ton regard invente autre chose, que mes objets, mes arbres, mes herbes ou mes étangs deviennent les tiens.


CHRISTIAN DA SILVA, Pour que le soir te prenne par la main, (extrait de la préface) © Cheyne éditeur, 1989.

JEAN-PIERRE SIMÉON

JEAN-PIERRE SIMÉON

(né en 1950)


JEAN-PIERRE SIMÉON (né en 1950) s’adonne à l’écriture sous toutes ses formes : poésie, théâtre, romans pour la jeunesse. Il est aujourd’hui directeur artistique du « Printemps des poètes », association qui a pour rôle de mieux faire connaitre la poésie.

JEAN-PIERRE SIMÉON, La nuit respire

  On m’a souvent demandé : la poésie, à quoi ça sert ? Avec l’air de dire, sourire en coin : « Mon pauvre Monsieur, ne vous donnez pas tant de mal, avec la télévision, le cinéma, le foot et le loto, on a bien ce qu’il nous faut ! » [...] Aujourd’hui, je sais : la poésie, c’est comme les lunettes. C’est pour mieux voir. Parce que nos yeux ne savent plus, ils sont fatigués, usés. Croyez-moi, tous ces gens autour de vous, ils ont les yeux ouverts et pourtant petit à petit, sans s’en rendre compte, ils deviennent aveugles.
  Il n’y a qu’une solution pour les sauver : la poésie. C’est le remède miracle : un poème et les yeux sont neufs. Comme ceux des enfants.
  À propos des enfants d’ailleurs, j’ai aussi un conseil à donner : les vitamines A, B, C, D, ça ne suffit pas. Si on ne veut pas qu’en grandissant ils perdent leurs yeux magiques, il faut leur administrer un poème par jour, au moins.


JEAN-PIERRE SIMÉON, La nuit respire, (extrait de la préface) © Cheyne éditeur, 1987.

100% Numérique

Retrouvez le documentaire À quoi sert la poésie ? de Marc Alexandre Oho Bambe et Anglade Amedee.

JEAN-PIERRE REVERDY

JEAN-PIERRE REVERDY

(1889-1960)


JEAN-PIERRE REVERDY (1889-1960) est un poète français aimant jouer avec les mots et leur pouvoir évocateur.

PIERRE REVERDY, Plupart du temps 1915-1922



Au bord du toit
      Un nuage danse
Trois gouttes d’eau pendent
            à la gouttière
Trois étoiles
         Des diamants
Et vos yeux brillants qui regardent
    Le soleil derrière la vitre
       Midi


PIERRE REVERDY, Plupart du temps 1915-1922, « En face », 1945 (rééd. 1989).

La Trahison des images

Voir les réponses

L’image

COMPÉTENCE - Je comprends des documents non littéraires et des images et j'interprète

1
Pourquoi ce tableau est-il surprenant ?



2
Comparez-le aux textes 1 et 2.

Voir les réponses
Voir les réponses

Les textes

Je n’invente rien (⇧)

1
À qui C. Da Silva s’adresse-t-il ?



2
a) Selon lui, quels mots le poète utilise-t-il ? b) En quoi consiste son travail ?



La poésie c’est comme les lunettes (⇧)

3
Pourquoi les activités évoquées à la ligne 3 ( « la télévision, le cinéma, le foot et le loto ») rendraient-elles le travail du poète inutile ?



4
Que veut dire le poète aux lignes 5 à 8 ( « C’est pour mieux voir. Parce que nos yeux ne savent plus, ils sont fatigués, usés. Croyez-moi, tous ces gens autour de vous, ils ont les yeux ouverts et pourtant petit à petit, sans s’en rendre compte, ils deviennent aveugles. »)?



5
À quoi compare-t-il la poésie ?



En face (⇧)

6
Quelle scène le poète observe-t-il ? Relisez les quatre premiers vers.



7
a) Les gouttes d’eau sont associées à trois éléments. Lesquels ? b) Quel est le point commun entre eux ? c) Lesquels sont réels ? Lesquels sont imaginaires ?



8
Le v. 3 est sur deux lignes (« Trois gouttes d’eau pendent à la gouttière »). À votre avis, pourquoi le poète a-t-il fait ce choix ?



9
Synthèse. À quel(s) autre(s) poème(s) du chapitre ce poème vous fait-il penser ?



10
a) Selon vous, illustre-t-il bien ce qu’écrivent Ch. Da Silva et J.-P. Siméon ? b) Quels autres poèmes du chapitre pourraient l’illustrer ?

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.