Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2


Forger et agrandir le royaume





2
La paix de Nimègue (1679)

Fille du roi d’Espagne, épouse de Louis XIV, la reine Marie-Thérèse d’Autriche (1638‑1683) joue un rôle politique effacé, d’autant plus que le roi s’appuie sur ses maîtresses et favorites.

Vous me donnez la bonne nouvelle de la paix conclue entre cette couronne et celle d’Espagne, nouvelle que j’ai reçue avec la joie que vous pouvez imaginer, en ne doutant pas de votre bonne loyauté comme bon serviteur que vous avez éprouvé satisfaction de cette bonne nouvelle. Pour ma part je puis vous dire ce que je vous estime cette bonne nouvelle car pour moi il n’y a pas de plus grand plaisir que de voir unies ces deux couronnes […].

Lettre de Marie‑Thérèse d’Autriche à Gaspar Mendez de Haro, 29 mars 1679.

Vocabulaire

Domaine royal : ensemble des terres et des droits appartenant au monarque en tant que souverain et seigneur. L’expression disparaît au XVIIe siècle au profit du « royaume ».

Guerre de la Ligue d’Augsbourg : guerre opposant Louis XIV à l’ensemble des princes européens, de 1688 à 1697. Elle fait suite à l’annexion par Louis XIV de nombreux territoires allemands.

Guerre de Succession d’Espagne : guerre opposant Louis XIV et son allié Philippe V d’Espagne à l’empereur germanique Léopold Ier, de 1701 à 1714. Charles II d’Espagne meurt sans enfant en 1701 et Louis XIV tente de faire de son petit-fils Philippe le nouveau roi d’Espagne. L’empereur germanique redoute l’union de la France et de l’Espagne et entre en guerre contre Louis XIV.

Des armées plus nombreuses

3
Des armées plus nombreuses


4
Des places fortes pour le royaume

Sérieusement, Monseigneur, le roi devrait un peu songer à faire son pré carré. Cette confusion de places amies et ennemies, pêle-mêlées les unes parmi les autres ne me plaît point. Vous êtes obligé d’en entretenir trois pour une ; vos peuples en sont tourmentés, vos dépenses de beaucoup augmentées et vos forces de beaucoup diminuées ; et j’ajoute qu’il est presque impossible que vous les puissiez toutes mettre en état et les munir. Je dis de plus que si, dans les démêlés que nous avons si souvent avec nos voisins, nous venions à jouer un peu de malheur ou (ce que Dieu ne veuille) à tomber dans une minorité, la plupart s’en iraient comme elles sont venues.

Lettre de Vauban à Louvois, 20 janvier 1673.

2
Le rôle fondamental de la guerre

Les conquêtes. Par ses conquêtes – l’Artois en 1659, l’Alsace en 1675 et la Franche-Comté en 1678 –, Louis XIV affirme sa suprématie politique et militaire sur la scène européenne et se met en scène comme un « roi de guerre » toujours victorieux (doc. 1).

Financer la guerre. La part de la guerre dans le budget de l’État croît de façon considérable : en 1683, année de paix, elle représente 56,5 % des dépenses, et le chiffre s’élève à 75 % en 1690. Pour financer les armées, le roi crée puis généralise la capitation, un impôt personnel. Très coûteuses, les guerres sont critiquées à l’intérieur du royaume et la paix apparaît comme un idéal diplomatique désirable (doc. 2).

Servir dans les armées du roi. Les guerres, nombreuses et longues (guerre de la Ligue d’Augsbourg, guerre de Succession d’Espagne), nécessitent le développement d’armées permanentes. Les effectifs militaires augmentent fortement (doc. 3) et le principe d’un service militaire obligatoire apparaît peu à peu, d’abord pour la marine, puis pour l’infanterie : les jeunes hommes célibataires n’appartenant pas aux classes privilégiées sont tirés au sort puis enrôlés dans les armées royales.

Repères

Louis XIV (1638‑1715)

Louis XIV
(1638‑1715)

Fils de Louis XIII et Anne d’Autriche, Louis XIV devient roi à l’âge de cinq ans : son règne, long de 72 ans, est le plus long de l’histoire de France. Gouvernant seul à partir de 1661, il accroît la puissance du royaume par la diplomatie, la guerre et une politique de mécénat. Il est le modèle de l’absolutisme royal, mais la fin de son règne est marquée par de nombreuses difficultés.

3
La consolidation du royaume

Protéger les frontières. Afin de sécuriser les frontières du royaume, le marquis de Vauban renforce et restructure les fortifications. À partir de 1678, il érige une double ligne de forts ou de villes fortifiées dans les Alpes et au nord-est du royaume, appelée « ceinture de fer » ou « pré carré » (doc. 4).

Les derniers agrandissements. La Lorraine, acquise en 1738, est intégrée au royaume en 1766. L’île de Corse, cédée par la République de Gênes en 1768, est définitivement conquise l’année suivante. À la veille de la Révolution française, l’Hexagone est donc dessiné.

Un premier empire colonial. Après les découvertes du XVIe siècle, un premier empire colonial se consolide au XVIIe siècle, formé par la Nouvelle-France en Amérique du Nord, les Antilles (Guadeloupe, Martinique) et des comptoirs en Inde. Cet empire est largement démantelé après la guerre de Sept Ans (1756-1763) et le traité de Paris en 1763.

Adam Frans van der Meulen, Louis XIV au siège de Besançon, 1674, huile sur toile, 55 x 67 cm, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

1
Louis XIV au siège de Besançon

Adam Frans van der Meulen, Louis XIV au siège de Besançon, 1674, huile sur toile, 55 x 67 cm, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.

1
Le royaume du « beau XVIe siècle »

L’extension du domaine royal. Au début du XVIe siècle, le domaine royal s’est considérablement étendu. L’Auvergne, le Forez et le Bourbonnais sont rattachés à la couronne ; en 1532, l’union de la Bretagne à la France est définitivement scellée. En montant sur le trône, Henri IV enrichit le domaine royal de la Navarre, de l’Armagnac, du Rouergue, du Périgord et du Limousin.

Le « royaume mosaïque ». Cependant, le royaume est encore composé de nombreux particularismes locaux. Par exemple, la justice n’est pas rendue de façon identique au nord ou au sud du royaume. En outre, certaines enclaves échappent encore au pouvoir royal, comme la vicomté de Turenne en Limousin.

Décentrement

Kangxi, le « Roi-Soleil chinois »
En 1644, les Mandchous, un peuple du nord-est de l’Asie, prennent le pouvoir et conquièrent la Chine. En 1661, alors que commence le règne personnel de Louis XIV, Kangxi devient empereur à l’âge de six ans. Par de nombreuses conquêtes, il repousse les frontières de l’empire jusqu’au Tibet et en Mongolie, donnant à la Chine son extension maximale. Il reprend l’île de Taïwan, combat les Russes à de nombreuses reprises et modernise en profondeur l’administration. Roi lettré, il fait par ailleurs de Pékin un grand centre d’édition. Les jésuites présents en Chine, ayant les faveurs de l’empereur, comparent Louis XIV à Kangxi.


Kangxi, le « Roi-Soleil chinois »



Le royaume de France s’étend, en particulier du fait des guerres et des conquêtes. L’administration se renforce également.

Voir le cours 3

Comment le royaume s’est-il agrandi et consolidé du XVIe au XVIIIe siècle ?

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?