Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

En quoi la perception des risques diffère-t-elle selon les individus ? L’exemple du tabac
P.278-279

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

TD 2


En quoi la perception des risques diffère‑t‑elle selon les individus ? L’exemple du tabac




1. Exercice guidé

Constater et expliquer les différences de consommation de tabac selon l’âge et le genre



Doc. 1
Le profil des fumeurs selon l’âge et le genre


Proportions de fumeurs quotidiens de tabac en 2010, suivant l’âge et le sexe

Proportions de fumeurs quotidiens de tabac en 2010, suivant l’âge et le sexe

Questions


Étape 1. Lire des données.

1. Faites une phrase présentant la donnée entourée.
Il s’agit du pourcentage d’hommes de 65‑74 ans fumant quotidiennement du tabac.


Étape 2. Décrire.

2. Comment évolue l’usage du tabac avec l’âge ? Illustrez votre réponse à l’aide de données chiffrées.
Il faut mettre en avant un lien entre l’âge et la consommation de tabac.


3. Quel est l’écart de consommation de tabac entre les hommes et les femmes ?
L’écart peut être calculé avec un taux de variation. Appuyez‑vous sur plusieurs catégories d'âge.
Voir les réponses

Doc. 2
Pourquoi une sous‑évaluation du risque chez les jeunes ?


  Il a été constaté que l’individu se considère souvent comme étant moins à risque que les autres personnes face au même danger ; ce phénomène est décrit sous différentes formulations : « biais d’optimisme », « optimisme non réaliste » ou « syndrome d’invulnérabilité ». […] Le biais d’optimisme a été particulièrement bien documenté dans le domaine du tabagisme. Par ailleurs, l’âge de la personne est également déterminant, le jeune fumeur sous-évaluant le risque. […]

  La sous‑évaluation notoire de la perception du risque lié au tabagisme à l’adolescence résulte en grande partie de la diffusion large d’images très favorables du tabagisme (fashion, sexy, cool, etc.). […] Puis, les plus « convaincus » fument d’abord, influençant leur entourage et entraînant fréquemment les autres.

Patrick Bodenmann, Jacques Cornuz et Ilario Rossi, « Perception du risque lié au tabagisme : données et interrogations », Revue médicale suisse, 2006.

Questions


Étape 1. Résumer l’idée essentielle du texte.

1. Expliquez la sous‑évaluation des risques liés au tabac chez les jeunes.
Expliquez ce qu’est le « biais d’optimisme ».


Étape 2. Expliquer.

2. Comment l’image du tabac joue‑t‑elle sur sa consommation ?
Il s’agit de constater que, si le tabac est perçu comme un produit risqué, il sera moins demandé.


3. Quelle peut être l’influence des interactions sociales sur la consommation de tabac ?
La question revient à se demander quel est l’effet des relations de la personne sur sa consommation de tabac.
Voir les réponses
2. À vous de jouer !

Le tabac : un marqueur social ?



Doc. 3
Le profil des fumeurs selon le niveau de diplôme et le statut


La part des fumeurs quotidiens en France en %

La part des fumeurs quotidiens en France en %

Questions

1. Montrez que le tabagisme est influencé par le niveau de diplôme de la personne. Comment cette influence a‑t‑elle évolué ?


2. Quel est l’effet du statut d’activité sur la consommation de tabac ?
Voir les réponses

Doc. 4
Faire le lien entre tabac et précarité


  Pourquoi les fumeurs pauvres sont‑ils moins enclins à s’arrêter ?

  Aux frontières de l’exclusion sociale, ces fumeurs sont peu exposés à la « dénormalisation » du tabagisme, leur propre socialisation ayant été marquée par la cigarette […]. La cigarette apparaît comme le dernier palliatif pour combler l’ennui d’un temps vide, soulager la solitude d’une existence ancrée dans le présent par défaut d’avenir. […]

  Le relatif éloignement des fumeurs en situation de précarité vis‑à‑vis des sphères privilégiées de l’intégration sociale (le travail notamment, mais aussi souvent la famille) pourrait justifier qu’ils soient moins perméables aux politiques de « dénormalisation » du tabagisme.

  […] Leur mode de vie […] correspond davantage à une somme de privations […]. Dès lors, arrêter de fumer est plutôt envisagé comme une privation et un accablement supplémentaires.

Jean Constance et Patrick Perretti-Watel, « La cigarette du pauvre », Ethnologie française, mars 2010.

autopsie d'une cigarette

Questions

1. Qu’est-ce que la « dénormalisation » du tabagisme ?


2. D’après ce texte, pourquoi touche‑t‑elle moins les plus pauvres ?
Voir les réponses

Récapitulez

À l’aide des documents et des réponses aux questions, montrez que la perception du risque diffère selon les individus.

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.