Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Texte 4


Émile Zola, « Essai sur le journalisme » (1894)





photo portrait Emile Zola
Émile Zola, « Essai sur le journalisme » (1894)

  Ah ! cette presse, que de mal on en dit ! Il est certain que, depuis une trentaine d’années, elle évolue avec une rapidité extrême. Les changements sont complets et formidables. Il n’y a qu’à comparer les journaux des premiers temps du Second Empire1, muselés2, relativement rares, d’allures doctrinaires, aux journaux débordants d’aujourd’hui, lâchés en pleine liberté, roulant le flot déchaîné de l’information à outrance. Là est la formule nouvelle : l’information. C’est l’information qui, peu à peu, en s’étalant, a transformé le journalisme, tué les grands articles de discussion, tué la critique littéraire, donné chaque jour plus de place aux dépêches, aux nouvelles grandes et petites, aux procès-verbaux des reporters et des interviews. Il s’agit d’être renseigné tout de suite. Est‑ce le journal qui a éveillé dans le public cette curiosité croissante ? Est-ce le public qui exige du journal cette indiscrétion de plus en plus prompte3 ? Le fait est qu’ils s’enfièvrent l’un l’autre, que la soif de l’un s’exaspère à mesure que l’autre s’efforce, dans son intérêt, de la contenter. Et c’est alors qu’on se demande, devant cette exaltation de la vie publique, s’il y a là un bien ou un mal. Beaucoup s’inquiètent. [...]

  On a désiré savoir parfois ce que je pensais de cette opinion. Ma réponse est que je suis pour et avec la presse. [...]

  D’ailleurs, il faut toujours avoir foi dans l’avenir. Rien ne peut se juger définitivement, car tout reste en marche. Cela est surtout vrai, en ce moment, pour la presse. Ce n’est pas la juger avec justice que de s’en tenir au mal qu’elle fait. Sans doute, elle détraque nos nerfs, elle charrie4 de la prose exécrable, elle semble avoir tué la critique littéraire, elle est souvent inepte5 et violente. Mais elle est une force qui sûrement travaille à l’expansion des sociétés de demain : travail obscur pour nous, dont nul ne peut prévoir les résultats, travail à coup sûr nécessaire, d’où sortira la vie nouvelle. Que de boue et de sang faut-il pour créer un monde ? Jamais l’humanité n’a fait un pas en avant sans écraser les vaincus. Et, pour en rester à la seule question littéraire, certes, si la littérature est une récréation de lettrés, l’amusement réservé à une classe, la presse est en train de tuer la littérature. Seulement, elle apporte autre chose, elle répand la lecture, appelle le plus grand nombre à l’intelligence de l’art. À quelle formule cela aboutira‑t‑il ? je l’ignore. On peut constater simplement que, si nous assistons à l’agonie de la littérature d’une élite, c’est que la littérature de nos démocraties modernes va naître. Se fâcher et résister serait ridicule, car on n’arrête pas une révolution. Au bout de toutes les manifestations de la vie, dans le sang et les ruines, il y a quelque chose de grand.


Émile Zola, « Essai sur le journalisme », Les Annales politiques et littéraires, 1894.


1. De 1852, avec le coup d’État de Louis‑Napoléon Bonaparte, à 1870.
2. Empêchés de s’exprimer librement.
3. Rapide.
4. Entraîne, diffuse.
5. Incompétente, dépourvue de sens.
Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
Émile Zola est‑il pour ou contre la presse ? Justifiez votre réponse.


Le constat d’une presse en pleine mutation

2

a. Selon Émile Zola, de quelles manières le journalisme évolue‑t‑il, à son époque ?

b. Que pense‑t‑il de cette évolution ?


3

a. Quels liens Zola établit‑il entre l’évolution de la presse et le goût du public ?

b. Par quels procédés souligne‑t‑il ces liens ?


4

a. Zola emploie indifféremment les mots « presse » et « journalisme ». Est-ce le cas pour Éric Scherer ? Expliquez votre réponse.

b. Quels points communs identifiez‑vous entre le texte de Scherer et celui de Zola ?


Un plaidoyer

5
Quels sont les arguments des détracteurs de la presse ?


6
Dans quelle mesure Zola réfute‑t‑il ces arguments ?


7

a. Émile Zola est écrivain. En quoi sa défense de la presse peut‑elle sembler paradoxale ?

b. Pour quelles raisons ne l’est‑elle pas tant que ça ? Répondez à l’aide de vos connaissances sur l’auteur.


8
GRAMMAIRE

a. Quels sont les temps et modes des verbes des deux dernières phrases ?

b. Indiquez leur valeur.


Vers le commentaire

9
Montrez qu’Émile Zola plaide en faveur d’un journalisme moderne tout en acceptant ses faiblesses.


ORAL
Selon vous, « a‑t‑on encore besoin des journalistes » aujourd’hui ? Préparez vos arguments et votre stratégie argumentative (pour vous aider : ► voir Fiches p. 524 à 539) puis défendez votre position face à vos camarades. Vous pouvez utiliser l'enregistreur ci‑dessous pour vous entraîner.
Enregistreur audio
Voir les réponses

L'image

Selon vous, quelle vision du monde cette image donne‑t‑elle ?

PJ Crook, Mardi, 2002,
PJ Crook, Mardi, 2002, acrylique sur toile sur support en bois ondulé, 91 × 127 cm, coll. privée.

Texte écho
Éric Scherer, A‑t‑on encore besoin des journalistes ? (2011)

  Pratiquement tout ce qui bouleverse et restructure les médias et les métiers du journalisme d’aujourd’hui n’existait tout simplement pas en l’an 2000 [...].

  L’information, en infinie abondance et dont la fraîcheur est primordiale, est de plus en plus délivrée en flux, en courants, au fil de l’eau. Elle est morcelée, éclatée, et n’entre plus dans les vieux moules du passé : presse écrite, radio, télévision. [...]

  Mais il reste aussi au journaliste les atouts incopiables de sa profession, de son métier, de son expertise, qu’il peut davantage faire valoir, développer – et dont la société a plus que jamais besoin : sa capacité à trier, à authentifier, à mettre rapidement en perspective l’information, à lui donner du sens et à relier les événements.


Éric Scherer, A‑t‑on encore besoin des journalistes ? Manifeste pour un « journalisme augmenté », 2011, PUF.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?