DOSSIER NUMÉRIQUE


Palerme, capitale multiculturelle de la dynastie normande des Hauteville





3
Le palais royal

Le palais neuf […] est construit en pierre taillée, entouré à l’extérieur par les courbures de ses murailles, remarquable à l’intérieur par l’éclat des gemmes et de l’or. Ici c’est la tour Pisane, où on garde le Trésor; là la tour Grecque ; au milieu, c’est la partie du palais qui a nom la Joharia, abondamment décorée, que le roi fréquente quand il recherche le calme et le repos, éclatante de la gloire de nombreux ornements. Il y a d’autres petits palais resplendissants de décoration : ici le roi s’entretient avec ses proches de l’état du royaume ; là il reçoit les grands pour parler des affaires publiques. Et il ne faut pas passer sous silence les nobles lieux attachés au palais où l’on amincit les flocons de soie en fils de diverses couleurs et où on les unit par de multiples méthodes de tissage.

Hugo Falcandus, Liber de Regno Siciliae, vers 1185.

4
Guillaume II, mourant, entouré de ses médecins arabes et juifs

carte Palerme


Enluminure dans un manuscrit du Liber ad honorem Augusti de Pierre d’Eboli, v. 1200, Burgerbibliotek, Berne.

2
Le couronnement de Roger II (1130), roi de Sicile, par le Christ

carte Palerme


Palerme, mosaïque de l’église de la Martorana, XIIe siècle.

Questions

Voir les réponses

Comparer des documents

1. Listez les principales fonctions de la ville (Doc. 1 et 3). Pourquoi les lieux où l’on fabrique la soie sont-ils rattachés au palais royal ?

2. Décrivez la manière dont est composée la cour des rois Hauteville. (Doc. 3, 4 et 5)

3. Expliquez le message que le roi veut faire passer avec cette mosaïque. De quel style artistique est-elle inspirée ? (Doc. 2)

4. Expliquez pourquoi, selon l’auteur, le roi de Sicile « ressemble aux rois musulmans ». (Doc. 5)


Faire un bilan

5. Répondez à la problématique sous la forme d’un développement construit.

carte Palerme

5
Une administration multiethnique et trilingue

La Sicile est peuplée d’adorateurs de croix qui circulent sur son territoire et se repaissent de ses campagnes. Les musulmans vivent avec eux sur leurs terres et dans leurs fermes, et les chrétiens observent une façon honorable de les employer et de les faire travailler. Ils leur imposent une redevance que ceux-ci payent deux fois par an. […]
L’attitude du roi [Guillaume II] est vraiment extraordinaire. Il a une conduite parfaite envers les musulmans ; il leur confie des emplois, il choisit parmi eux ses administrateurs eunuques et tous, ou presque tous, gardent secrète leur foi et restent attachés à la foi de l’islam. Le roi a pleine confiance dans les musulmans et se repose sur eux de ses affaires, et de l’essentiel de ses préoccupations, à tel point que l’intendant de sa cuisine est musulman. Il y a une troupe d’esclaves noirs musulmans qui sont commandés par un chef, pris parmi eux. Ses vizirs et ses chambellans sont des eunuques, dont il y a grand nombre, qui sont les hommes de son gouvernement. C’est en eux que se montre l’éclat de son pouvoir royal, car ils étalent des vêtements magnifiques, des montures fringantes. Ce roi a des palais superbes et des jardins merveilleux, particulièrement dans sa capitale. À Messine il y a un château, blanc comme la colombe, qui domine le rivage et la mer. Il a un choix nombreux de pages et de femmes esclaves. Il n’y a pas de roi des chrétiens qui soit plus splendide en sa royauté, plus fortuné, plus luxueux que lui. Par les jouissances du pouvoir où il est plongé, par la belle ordonnance de ses décrets, par les solides assises de son pouvoir, par l’étalage de sa parure, il ressemble aux rois musulmans. Son autorité royale est très considérable. Il a des médecins, des astrologues […]. Un autre trait que l’on rapporte de lui et qui est extraordinaire, c’est qu’il lit et écrit l’arabe et que les femmes esclaves et les favorites de son palais sont toutes des musulmanes.

Ibn Jubayr, Voyages, vers 1184.


Sous la domination des Byzantins du VIe au IXe siècle, puis de divers pouvoirs islamiques jusqu’à la conquête normande du XIe siècle, Palerme est un espace où les cultures occidentales et orientales se rencontrent et s’influencent. Sous le règne du roi Roger II (1130-1154), les différents peuples présents dans l’île coexistent, tout en gardant leurs langues et leurs droits. Pour le roi, il s’agit d’utiliser à son profit les compétences de chaque communauté. Par la suite, sous les règnes de Guillaume Ier (1154-1166) et Guillaume II (1166-1189), les rapports se tendent entre chrétiens et musulmans.

1
Carte de Palerme au XIIe siècle

carte Palerme

Comment les rois normands de Siciles promeuvent-ils une culture à la croisée de plusieurs mondes ?

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?