Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Percevoir et réaliser des transitions
P.202-203

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

En vue de la dissertation et de l’explication


Percevoir et réaliser des transitions




Méthode

Une transition permet d’annoncer une nouvelle phase du questionnement. Pour faire une transition, il faut tirer le bilan du raisonnement qui a été produit et montrer en quoi la réponse est incomplète et nécessite d’être développée dans une nouvelle partie. Pour passer d’une affirmation (première partie) à une négation (deuxième partie), il faut montrer qu’une dimension du questionnement n’a pas été prise en compte. La phrase de transition doit faire émerger une difficulté amorcée à la fin de la première partie. Cette difficulté amène à aller plus loin sans aboutir à une contradiction. Il s’agit d’un progrès dialectique qui fonctionne par oppositions dépassées et résolues.

Comment réaliser une transition ?

  • En contextualisant la thèse : la pensée est‑elle valide/invalide dans un contexte particulier ? Par exemple, le fait que le peintre suive des règles pour créer est particulièrement vrai pendant la Renaissance, un peu moins pendant la période moderne.
  • En distinguant : existe‑t‑il une autre signification à une notion impliquée dans la thèse ? Par exemple, si l’art suppose un savoir‑faire technique, la notion d’art désigne à la fois les beaux‑arts et l’artisanat.
  • En développant : existe‑t‑il une conséquence de la thèse qui suppose un développement ? Par exemple, si la finalité de l’art est la beauté, ce n’est pas l’objet représenté qui est beau en art mais bien la représentation artistique elle‑même.
  • En dépassant : existe‑t‑il un élément qui n’entre pas en cohérence avec la thèse de départ ? Par exemple, si la finalité de l’art est la beauté, d’autres objectifs s’ajoutent à cette dernière ou la remplacent, l’engagement politique par exemple.

TEXTE FONDATEUR

XIXe siècle

Georg Friedrich Wilhelm Hegel

Hegel

Retrouvez ici sa biographie.

Texte 13
L’imitation est vaine
◉ ◉ ⚬



 Quel but l’homme poursuit‑il en imitant la nature ? Celui de s’éprouver lui‑même, de montrer son habileté et de se réjouir d’avoir fabriqué quelque chose ayant une apparence naturelle. […] Mais cette joie et cette admiration de soimême ne tardent pas à tourner en ennui et mécontentement, et cela d’autant plus vite et plus facilement que l’imitation reproduit fidèlement le modèle naturel. Il y a des portraits dont on a dit assez spirituellement qu’ils sont ressemblants jusqu’à la nausée. D’une façon générale, la joie que procure une imitation réussie ne peut être qu’une joie très relative, car dans l’imitation de la nature le contenu, la matière sont des données qu’on a que la peine d’utiliser. L’homme devrait éprouver une joie plus grande en produisant quelque chose qui soit bien de lui, quelque chose qui lui soit particulier et dont il puisse dire qu’il est sien. Tout outil technique, un navire par exemple ou, plus particulièrement, un instrument scientifique doit lui procurer plus de joie, parce que c’est sa propre oeuvre, et non une imitation. Le plus mauvais outil technique a plus de valeur à ses yeux ; il peut être fier d’avoir inventé le marteau, le clou, parce que ce sont des inventions originales, et non imitées. L’homme montre mieux son habileté dans des productions surgissant de l’esprit qu’en imitant la nature.

Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Introduction à l’esthétique, 1818‑1929, © Flammarion, 1998.

Exercice 1

Texte 13 (⇧)

Identifiez et relevez les grandes étapes de l’analyse qui structurent le texte.

Établissez les liens qui permettent de passer d’une étape à l’autre, c’est‑à‑dire de ménager des transitions : reprise d’un élément de l’étape précédente, utilisation d’un exemple ou d’une citation d’un autre champ artistique pour soutenir l’argumentation, etc.
Voir les réponses

Exercice 2

Les extraits de textes ci-dessous comportent deux thèses simples. Vous rédigerez une transition pour passer de l’une à l’autre.

a) Thèse 1 : « Le fait de bien imiter un muscle comme Michel‑Ange ou une figure comme Raphaël ne crée pas un progrès ni une hiérarchie en art. »

Thèse 2 : « La vie plastique, le tableau est fait de rapports harmonieux de volumes, de lignes, de couleurs. »
Auteur : Fernand Léger

b) Thèse 1 : « Le réaliste, s’il est artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision la plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. »

Thèse 2 : « J’en conclus que les réalistes de talent devraient s’appeler plutôt Illusionnistes. »
Auteur : Guy de Maupassant

c) Thèse 1 : « Penser, rêver, concevoir de belles oeuvres, est une occupation délicieuse. »

Thèse 2 : « Le travail constant est la loi de l’art comme celle de la vie ; car l’art est la création idéalisée. »
Auteur : Honoré de Balzac

d) Thèse 1 : « Un des principaux motifs de la création artistique est certainement le besoin de nous sentir essentiels par rapport au monde. »

Thèse 2 : « C’est l’effort conjugué de l’auteur et du lecteur qui fera surgir cet objet concret et imaginaire qu’est l’ouvrage de l’esprit, il n’y a d’art que pour et par autrui. »
Auteur : Jean‑Paul Sartre

e) Thèse 1 : « Tout dans la nature se modèle selon la sphère, le cône et le cylindre. Il faut s’apprendre à peindre sur ces figures simples, on pourra ensuite faire tout ce qu’on voudra. »

Thèse 2 : « La méthode se dégage au contact de la nature. Elle se développe par les circonstances. Elle consiste à chercher l’expression de ce que l’on ressent, à organiser les sensations dans une esthétique personnelle. »
Auteur : Paul Cézanne

f) Thèse 1 : « Je suis attaché à la terre par des liens plus que terrestres. »

Thèse 2 : « Cultivez votre amour de la nature, car c’est la seule façon de mieux comprendre l’art. »
Auteur : Vincent Van Gogh
Voir les réponses

Exercice 3

Rédigez un paragraphe de transition entre les thèses suivantes :

a) Thèse 1 : « Il existe un modèle de la beauté. »

Thèse 2 : « Le beau est sans concept. »
Consigne : utilisez la définition de la notion de beauté pour construire la transition.

b) Thèse 1 : « L’art exprime l’ordre et l’harmonie. »

Thèse 2 : « L’art est l’expression des pulsions. »
Consigne : utilisez une contextualisation avec l’exemple de l’art grec pour construire la transition (voir ► texte 11 p. 198).

c) Thèse 1 : « L’artiste diffère des autres hommes. »

Thèse 2 : « L’artiste est au service des hommes qui subissent l’histoire. »
Consigne : utilisez la notion « d’aller‑retour » qu’Albert Camus expose dans le texte 7 p. 194 pour produire une transition qui dépasse le clivage auteur‑récepteur en art.
Voir les réponses

Exercice 4

Comment effectuer la transition entre les parties d’une dissertation si elles présentent des thèses qui s’opposent ?

Rédigez la phrase de transition qui permettra de passer de façon fluide de la partie 1 à la partie 2, puis de la partie 2 à la partie 3, dans les plans suivants :

L’œuvre d’art doit‑elle imiter la nature ? (plan dialectique)
1. L’imitation montre l’habileté de l’artiste.

2. Cette habileté n’est pas créative.

3. C’est l’invention qui a une valeur (exemple de l’outil).

Que nous apporte une œuvre d’art ? (plan progressif)
1. Rien, puisqu’elle n’a aucune utilité. L’art est décoratif.

2. Beaucoup, elle est au service des valeurs humaines et de la beauté.

3. L’essentiel, puisque sans elle nous ne serions pas pleinement des hommes.

Y a‑t‑il des règles de l’art ? (plan dialectique)
1. L’art semble fondé sur une libre inspiration.

2. L’artiste se trouve confronté au vertige de l’absence de règles.

3. C’est l’artiste qui crée ses propres règles.
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.