Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Une guerre-monde
P.96-97

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 1

Une guerre‑monde



A
Le début de la guerre (1937‑1941)


1
La montée des périls

Un contexte de crise internationale. La Seconde Guerre mondiale s’inscrit dans un contexte de crise économique mondiale, à la suite du krach de 1929, et de montée des tensions internationales en raison de l’affirmation de régimes totalitaires qui remettent en cause l’équilibre diplomatique défini par le traité de Versailles de 1919. La SDN était censée garantir la paix, mais elle ne parvient pas à réguler les conflits internationaux : le Japon et l’Allemagne la quittent en 1933 et l’Italie en 1937.

L’escalade belliciste. Dès 1934, Hitler réarme l’Allemagne. Il conclut une alliance avec le Japon en 1936, élargie à l’Italie un an plus tard : c’est l’axe Berlin-Tokyo-Rome, abrégé en « Axe ». L’expansionnisme japonais en Asie débute en 1937 avec la prise de Nankin, tandis que les armées allemandes annexent l’Autriche (Anschluss) le 12 mars 1938. Après avoir obtenu les Sudètes par la voie diplomatique, Hitler signe un pacte de non‑agression avec l’URSS, ce qui lui permet d’envahir la Pologne le 1er septembre 1939.

2
Les conquêtes territoriales de l’Axe

En Europe de l’Est. La France et le Royaume‑Uni, alliés de la Pologne, entrent en guerre contre l’Allemagne le 3 septembre 1939. Mais l’inaction franco-britannique et la rapidité des blindés allemands permettent à Hitler de conquérir la Pologne dès octobre 1939.

En Europe du Nord et de l’Ouest. À partir d’avril 1940, Hitler envahit le Danemark puis la Norvège. Le 10 mai, il lance une offensive rapide – c’est la stratégie du Bliztkrieg et s’empare des Pays-Bas et de la Belgique. Contournant la ligne Maginot par les Ardennes, l’armée allemande bat l’armée française, envahit la France et entre dans Paris le 14 juin 1940. Le Royaume‑Uni, alors dirigé par Winston Churchill, résiste à l’offensive aérienne allemande (bataille d’Angleterre).

L’extension de l’Axe. L’Allemagne nazie remporte de nombreuses victoires dans les Balkans et en Afrique du Nord, où sont déployées les troupes de l’Afrikakorps. En 1942, Hitler se trouve à la tête d’un empire continental qui s’étend de la façade atlantique française au Caucase et de la Norvège à la Grèce. Le Japon, quant à lui, impose son autorité sur une grande partie de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique et tente de conquérir la Chine : les combats y sont particulièrement meurtriers, causant la mort de plusieurs millions de Chinois, soldats et civils confondus.

3
La mondialisation du conflit

Le front de l’Est. Le 22 juin 1941, Hitler lance l’opération Barbarossa et envahit l’URSS. L’avancée de l’Allemagne est tout d’abord très rapide et les troupes soviétiques subissent des pertes considérables. Mais les forces allemandes se heurtent vite à des défis logistiques majeurs : les territoires sont trop vastes, les routes en mauvais état, le climat difficile. Les Allemands décident alors de prendre la capitale russe pour briser le moral de l’adversaire. Mais l’Armée rouge parvient à défendre Moscou, puis à contre‑attaquer.

L’entrée en guerre des États-Unis. De l’autre côté du monde, le Japon, désireux de s’assurer la suprématie militaire dans le Pacifique, attaque par surprise la base américaine de Pearl Harbor le 7 décembre 1941. En réaction, les États-Unis entrent en guerre. Le conflit devient alors mondial.

Vocabulaire


Afrikakorps


Blitzkrieg


Ligne Maginot


SDN


  • Afrikakorps : troupes allemandes dirigées par le maréchal Rommel et placées en soutien de l’Italie en Libye à partir de 1941.

  • Blitzkrieg : « guerre éclair ». Tactique militaire offensive fondée sur la vitesse de déplacement des troupes.

  • Ligne Maginot : fortifications françaises de la frontière orientale, construites à partir de 1928 afin d’empêcher une invasion allemande.

  • SDN : Société des Nations, créée par le traité de Versailles en 1919. Organisation internationale destinée à régler les conflits mondiaux par une diplomatie internationale.

Biographie

Winston Churchill

Winston Churchill
(1874-1965)

Homme politique britannique conservateur et anticommuniste, il devient Premier ministre de 1940 à 1945. Vigilant dès 1933 quant à la montée du nazisme en Allemagne, il s’oppose fermement à Hitler et mobilise les Britanniques durant la bataille d’Angleterre.


B
Un conflit mondial (1942‑1945)


1
1942‑1943 : le basculement du conflit

Les Alliés regroupent 24 pays signataires de la Déclaration des Nations unies du 1er janvier 1942. Ils coordonnent progressivement leurs stratégies et décident de se concen- trer d’abord sur la maîtrise de la Méditerranée. Les États‑Unis deviennent « l’arsenal du monde libre » et fournissent aux Alliés ainsi mouvements de résistance des armes et des munitions.

Le tournant de 1942. Le long siège de Stalingrad, très éprouvant pour les deux camps, s’achève le 2 février 1943 lorsque le commandant allemand capitule. Les troupes soviétiques passent alors à la contre-offensive et commencent à avancer vers l’Ouest. Après avoir débarqué en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 (opération Torch), les troupes alliées remportent la bataille d’El Alamein.

Dans le Pacifique, les États-Unis bloquent l’avancée japonaise lors des batailles de Midway en juin 1942 et de Guadalcanal entre août 1942 et février 1943, puis entament une longue et difficile reconquête des îles de la région.

2
Les victoires des Alliés

Les débarquements. Les Alliés débarquent en Sicile le 10 juillet 1943 et lancent la campagne d’Italie, qui signe un armistice le 3 septembre. Ils débarquent ensuite en Normandie le 6 juin 1944 (opération Overlord) et enfin en Provence le 15 août. Les troupes alliées, plus nombreuses et mieux équipées que les forces allemandes, libèrent progressivement les territoires occupés.

L’Allemagne encerclée. Les troupes soviétiques progressent difficilement à l’Est et les combats sont très meurtriers. Les troupes américaines et britanniques avancent depuis le front de l’Ouest et le front italien et passent le Rhin en mars 1945.

3
Vers la fin de la guerre

L’affirmation des trois puissances. Les dirigeants des trois grandes puissances se réunissent lors de plusieurs conférences – à Yalta en février 1945, à Potsdam en juillet 1945 – pour organiser l’après‑guerre et définir leurs zones d’influence respectives.

Terminer la guerre. Le 28 avril 1945, Mussolini est exécuté ; deux jours plus tard, Hitler se suicide. Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule. Pour mettre fin à un conflit qui s’éternise, les États-Unis larguent deux bombes nucléaires sur le Japon (le 6 août sur Hiroshima et le 9 août sur Nagasaki), qui capitule le 15 août. C’est la fin du conflit (▶ doc 1), même si la capitulation japonaise n’est officiellement signée que le 2 septembre 1945.

Vocabulaire


Mouvements de résistance


Zones d’influence


  • Mouvements de résistance : dans les pays occupés – France, Belgique, Pologne, Balkans, etc. –, des résistants s’engagent, parfois militairement, contre l’Allemagne nazie.

  • Zones d’influence : espace situé en dehors du territoire d’un État mais sur lequel ce dernier exerce une domination politique, économique et culturelle.

Repères

Bataille Stalingrad

La bataille de Stalingrad (17 juillet 1942 - 2 février 1943)

Verrou sur la route du Caucase, Stalingrad est assiégée par les Allemands pendant plusieurs mois. Les Soviétiques résistent, puis passent à la contre-offensive et battent une armée allemande épuisée par l’hiver. Tournant stratégique majeur de la guerre, la bataille est également le meilleur exemple de l’extrême violence des combats : les pertes totales s’élèvent à 2 millions de morts, dont plusieurs centaines de milliers de civils.



1
Une du journal La Nation du 15 août 1945

Journal La Nation Seconde Guerre mondiale terminée

Décentrement

La Suisse affirme dès fin août 1939 sa neutralité militaire : l’exportation de matériel militaire à tout État belligérant est interdite par le Conseil fédéral. L’expansion allemande sur le continent européen place dès l’été 1940 la Suisse dans une relation asymétrique : les échanges économiques avec l’Allemagne deviennent quasi hégémoniques. Des accords germano-suisses sont établis durant l’été 1941.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.