Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La France dans la guerre
P.112-113

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 3

La France dans la guerre



A
La France à l'heure de la défaite


1
Le choc de la défaite

La débâcle. Après son entrée en guerre, la France, se croyant protégée par la ligne Maginot, reste attentiste pendant dix mois : c’est la « drôle de guerre ». Quand l’armée allemande passe à l’offensive, les troupes françaises, moins mécanisées, sont rapide- ment défaites. Huit millions de civils, paniqués, s’enfuient et errent sur les routes : c’est l’exode. Le 14 juin 1940, les armées allemandes occupent Paris.

L’armistice. Philippe Pétain, nouveau chef du gouvernement, déclare le 17 juin la fin des combats. Les conditions de l’armistice, signé le 22 juin, sont drastiques : l’Allemagne occupe le territoire situé au nord de la ligne de démarcation ; la France, démilitarisée, doit payer des « indemnités d’occupation » à l’Allemagne.

2
L’instauration du régime de Vichy

L’État français. Malgré l’opposition de 80 parlementaires, Pétain obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. Il installe alors un régime autoritaire, nommé l’État français, qui met fin à la IIIe République.

Un pouvoir dictatorial. Le chef de l’État détient le pouvoir exécutif et législatif. Une intense propagande est organisée pour légitimer son autorité : Pétain est présenté comme « le sauveur de la France ». Les libertés fondamentales sont supprimées : les partis politiques sont interdits, les médias censurés. La fascisation du régime, commencée dès 1942, s’accélère vers la fin de la guerre.

Vocabulaire


Exode


Fascisation


  • Exode : fuite des civils français devant les troupes allemandes en juin 1940.

  • Fascisation : processus conduisant une personne ou un régime à adopter un comportement et une idéologie fascistes, marqués notamment par la violence.

Biographie

Philippe Petain

Philippe Pétain
(1856-1951)

Militaire français, très populaire après la Première Guerre mondiale. Il devient chef du gouvernement à la suite de la défaite française et demande l’armistice. Il instaure le régime de l’État français et collabore avec l’Allemagne. Condamné à mort lors de son procès en juillet 1945, sa peine est commuée en un exil sur l’île d’Yeu où il décède en 1951.


B
Le régime de Vichy


1
Un régime conservateur et autoritaire

La « Révolution nationale ». Le régime de Vichy s’appuie sur les idées nationalistes et antisémites de Charles Maurras et met en avant les valeurs traditionnelles, comme le résume sa devise « Travail - Famille - Patrie ».

Une politique antisémite. Dès septembre 1940, les Français de confession juive sont recensés. Ils sont progressivement stigmatisés : on les exclut de la fonction publique et de la presse, puis on leur impose le port de l’étoile jaune en juin 1942. La répression contre les Juifs sʼaccroît en 1942 avec la mise en œuvre en France de la « Solution finale ». Des milliers de Juifs sont alors emprisonnés en France avant d’être déportés vers les centres de mise à mort, comme lors de la rafle du Vél d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942.

2
La collaboration et l’occupation

Le choix de la collaboration. Après avoir rencontré Hitler le 24 octobre 1940 lors de l’entrevue de Montoire, Pétain choisit de collaborer avec l’Allemagne. La collaboration est à la fois administrative, politique et économique. L’appareil productif français est orienté vers les besoins de l’économie de guerre nazie. Pierre Laval met ainsi en place la Relève puis le STO. La collaboration s’accélère avec l’occupation de la « zone libre » le 11 novembre 1942.

Vivre dans la France occupée. Certains Français, séduits par l’idéologie nazie, choisissent eux aussi de collaborer avec l’occupant : la Milice française est créée en janvier 1943. D’autres, au contraire, s’engagent dans la Résistance. Pour la majorité de la population, la priorité est de se nourrir convenablement : la forte pénurie alimentaire provoque l’essor d’un important marché noir. L’opinion publique, critique contre l’occupant et très hostile au STO, se retourne progressivement contre le régime de Vichy.

Vocabulaire


Marché noir


Milice française


Relève


Révolution nationale


STO


  • Marché noir  : marché clandestin où des biens légaux ou illégaux sont vendus à des prix élevés.

  • Milice française : organisation paramilitaire française créée par le régime de Vichy, d’abord destinée à combattre les résistants, puis qui se rapproche de la Gestapo et contribue à la traque des Juifs.

  • Relève : envoi de travailleurs français dans les usines allemandes en échange de la libération de prisonniers de guerre français.

  • Révolution nationale : idéologie officielle du régime de Vichy visant à révolutionner la société française en revenant à des valeurs conservatrices et traditionnelles.

  • STO : Service du travail obligatoire. Il impose aux Français nés entre 1920 et 1922 d’aller travailler durant deux ans en Allemagne.


C
De la France libre à la Libération


1
L’organisation des mouvements de résistance

La France libre. Charles de Gaulle apparaît sur la scène politique lors de l’appel du 18 juin 1940 dans lequel il s’oppose à l’armistice et incite à poursuivre la lutte contre l’Allemagne. Reconnu chef de la France libre le 28 juin 1940 par Winston Churchill, il intervient fréquemment à la radio pour mobiliser les Français et s’opposer à la propagande vichyste et nazie.

Les mouvements de résistance intérieure. Dès l’été 1940, des Français et des Françaises de tous les âges et de toutes les conditions sociales s’engagent dans la Résistance contre l’occupant allemand. Leurs actions sont très variées : les résistants impriment des journaux clandestins, sauvent des Juifs, sabotent les infrastructures, collectent des renseignements ou passent à la lutte armée, notamment dans les maquis. Nés d’initiatives individuelles, ces mouvements sont divers, voire s’opposent quant à leurs objectifs d’après-guerre. Jean Moulin les unifie sous l’autorité du général de Gaulle et crée en mai 1943 le Conseil national de la Résistance (CNR). À Alger est créé le Comité français de libération nationale.

2
Vers la fin de la guerre

La Libération. Les forces alliées, débarquées en Normandie puis en Provence, prennent en étau les troupes allemandes stationnées en France qui se replient en réprimant violemment les résistants et des civils (massacre du village d’Oradour-sur-Glane). Paris est libéré le 25 août 1944 (▸doc 1).

La refondation. Depuis 1943, le Comité français de libération nationale prépare l’après- guerre. Dirigé par de Gaulle, qui s’impose face à la concurrence de plusieurs généraux, il devient en juin 1944 le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF). À la Libération, ce gouvernement annule les décisions du régime de Vichy et rétablit l’autorité républicaine sur le territoire français.

Vocabulaire


France libre


Maquis


  • France libre : mouvement politique et militaire créé après la défaite de juin 1940 pour s’opposer au régime de Vichy et à l’occupation de la France par l’Allemagne nazie.

  • Maquis : désigne à la fois le lieu et le groupe de résistants qui le composent. Le premier maquis est créé en 1942 dans le Vercors.

Biographie

Charles De Gaulle

Charles de Gaulle
(1890-1970)

Officier depuis 1913, promu général en mai 1940, Charles de Gaulle rejette l’armistice du 22 juin. Depuis Londres, il appelle à la poursuite des combats. Pendant la guerre, il parvient à se faire reconnaître comme le chef légitime du gouvernement français en exil, unifie les mouvements de résistance et prépare la refondation républicaine de l’après-guerre.



1
Paris libéré
Liberation Paris

Histoire et fiction

Un village français est une série télévisée française en 7 saisons, diffusée entre 2009 et 2017. Scénarisée par Philippe Triboit, elle raconte la vie quotidienne de la population d’un petit village (fictif) du Jura pendant l’Occupation.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.