Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Les résistances en France
P.118-119

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

DOSSIER 4

Les résistances en France




En France, les actes de résistance s’accroissent avec l’ouverture du front soviétique en mai 1941. Les maquis se multiplient et les mouvements de résistance, même si leurs orientations politiques sont très variées, se coordonnent progressivement avec la France libre. Les modes dʼaction sont divers : lutte armée dans un maquis, sabotage, espionnage, impression de journaux clandestins, sauvetage de Juifs, etc.

HIS.T.3.INF16_v2

❯ Quelles sont les actions et les formes d’organisation des mouvements de résistance en France occupée ?


1
Un projet politique démocratique

Franc-Tireur est un mouvement de résistance fondé en novembre 1940 à Lyon et qui imprime le journal clandestin du même nom.

La victoire de l’Allemagne serait notre ruine, la fin de nos libertés, la mise en tutelle de nos institutions, l’esclavage des Français pour plusieurs décades. Il n’y a de collaboration possible que dans la liberté des peuples. L’ordre nouveau des Allemands c’est, selon la Bible hitlérienne, l’oppression du monde par un peuple de Seigneurs qui se prétend d’essence supérieure [...]. Nous voulons fonder après la guerre un régime nouveau, synthèse entre l’autorité et la liberté, une véritable démocratie débarrassée des bavardages des partis et de la tutelle des trusts et des congrégations financières. Nous ne voulons ni de dictature prolétarienne, ni de dictature capitaliste, ni de dictature militaire, ni de dictature religieuse [...]. Nous répudions formellement le bolchévisme totalitaire et meurtrier. Nous désirons voir se fonder la communauté des peuples unis et fédérés librement, hors de la domination du capitalisme international et des oligarchies quelles qu’elles soient.

Franc-Tireur, n° 1, décembre 1941.

2
Rallier la population

Dossier 4 Un Seul Combat Rallier la population

3
Jean Moulin fonde le Conseil national de la Résistance

Ancien préfet de Chartres, Jean Moulin est envoyé par de Gaulle en France en janvier 1942 pour unifier les mouvements de résistance intérieure.

Ce n’est pas sans difficulté que je suis parvenu à constituer et à réunir le Conseil de Résistance [...]. J’ai eu en premier lieu à vaincre l’hostilité profonde de certains mouvement de la zone nord qui répugnaient à une collaboration quelconque avec les anciens partis. [...] En ce qui concerne les syndicalistes, j’ai eu aussi à aplanir un différend assez sérieux. La CGT demandait en effet deux sièges au Conseil [...]. J’ai dû me montrer très ferme dans l’application du principe du représentant unique. [...] Je passe sur les difficultés matérielles de l’organisation d’une réunion de 17 membres tous recherchés ou au moins surveillés par la police et la Gestapo. J’ai la satisfaction de pouvoir vous dire que, non seulement tous les membres étaient présents à la réunion, mais que celle-ci s’est déroulée dans une atmosphère d’union patriotique et de dignité [...]. J’ai rappelé les buts de la France combattante : 1) faire la guerre ; 2) rendre la parole au peuple français ; 3) rétablir les libertés républicaines [...] ; 4) travailler avec les Alliés à l’établissement d’une collaboration internationale réelle.

Rapport envoyé par Jean Moulin aux services secrets de la France libre, 4 juin 1943.

4
Un maquis près de Venelle (Provence) en 1944

Maquis Venelles

Supplément numérique

Cliquez ici pour retrouver un documentaire sur les camps du maquis de l’Ain, archives INA.

5
Le parcours d’un résistant

Riche propriétaire viticulteur du Périgord, Louis de la Bardonnie s’engage dans la Résistance en juin 1940.

Je suis catholique pratiquant et croyant [...]. J’ai sauvé pendant la guerre des centaines de Juifs, non parce qu’ils étaient Juifs mais parce qu’ils étaient persécutés. [...] Je suis entré dans la Résistance à l’heure même où j’ai entendu l’appel du général de Gaulle. [...] J’ai ensuite parlé de cet appel à un petit groupe de très bons amis. [...] Nous nous sommes d’abord livrés à toutes sortes d’enfantillages en zones occupées, comme de retourner les flèches de signalisation des troupes allemandes [...]. Ensuite nous avons commencé à rassembler des informations sur les Allemands. [...] Entretemps, notre groupe avait grandi ; nous étions sept au départ et à ce moment [en octobre] nous étions trente-deux.

Témoignage de Louis de la Bardonnie, publié en 1972.

6
Les principaux maquis

Cliquez ici pour télécharger cette carte.

Fond de carte
Zone occupée par le Reich
Zone non occupée (jusqu’en novembre 1942)
I. Lutter contre les nazis
Ligne de démarcation
Principaux maquis
Principaux combats
Représailles allemandes contre les civils
II. S'organiser
Grand centre de la Résistance
Jean Moulin, envoyé par de Gaulle pour unifier les mouvements de résistance
Fondation du CNR (mai 1943)

Parcours 1

Prélever des informations

1
Doc. 1 (⇧) Doc. 3 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Identifiez les motivations des résistants.


2
Doc. 2 (⇧) Relevez les différents symboles utilisés par cette affiche.


3
Doc. 4 (⇧) et Doc. 6 (⇧) Définissez ce qu’est un maquis.


4
Doc. 1 (⇧) Doc. 2 (⇧) Doc. 3 (⇧) Doc. 4 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Montrez quelles sont les actions des résistants français.


Mener une recherche

5
Faites une recherche sur le parcours de l’un de ces résistants et présentez-le à la classe sous la forme d’un exposé : Pierre Brossolette / Danielle Casanova / André et Magda Trocmé
Enregistreur audio
Voir les réponses

Parcours 2

S’investir dans un projet de classe

Seul(e), en petits groupes ou en classe entière, participez au concours national de la Résistance et de la déportation.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.