Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Exercice Bac 1
P.358

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

EXERCICE BAC 1
Préparation aux épreuves de contrôle continu


Je m’entraîne




Réponse à une question problématisée

Sujet
Comment la mise en place de l’euro témoigne‑t‑elle des progrès et des limites de la construction européenne ?

Cette question porte essentiellement sur le point de passage n°2 de votre cours.


Pensez à bien définir le terme « limites ».


Voir les réponses

Analyse de document

Sujet
Expliquez la politique menée par lʼUE et le FMI en Grèce et la façon dont elle est perçue par la population locale.


L’analyse des documents constitue le cœur de votre travail, mais nécessite pour être menée la mobilisation de vos connaissances.


Graffiti sur le FMI en Grèce

Jose Giribas, Graffiti anti-FMI à Athènes, 28 avril 2018, photographie.


Le FMI a toujours joué un rôle à part dans le sauvetage financier de la Grèce. Cela s’est encore vérifié ces derniers jours, alors que l’institution internationale a contribué à bloquer les négociations sur une liste de réformes contre des prêts supplémentaires à Athènes. Il exigeait encore, le week‑end dernier, une réforme des retraites avec des baisses supplémentaires du niveau des pensions. Une demande inacceptable politiquement pour le gouvernement d’Alexis Tsipras. [...]

Le 23 avril 2010, les pays de la zone euro ont fini par activer un (premier) plan d’aide à la Grèce, de 110 milliards d’euros. Dont 80 milliards de prêts en provenance de la zone euro et 30 milliards avancés par le FMI. [...] C’est la première fois que le FMI intervient dans la zone euro. [...] Pour intervenir en Grèce, le FMI reverra en effet ses propres statuts, qui stipulent qu’un pays ne peut être aidé que s’il est solvable, ce qui a été très vite mis en doute par les experts.

Les Grecs ont développé une profonde aversion à l’égard du FMI, au fur et à mesure que ce dernier, au sein de la « troïka » avec les autres créanciers du pays (Union européenne et BCE), impose, puis pilote au plus près la mise en place de très sévères mesures d’austérité, à partir de 2010. Il y a deux ans, en juin 2013, le FMI avait d’ailleurs fait une sorte de mea culpa, reconnaissant dans un rapport que les mesures préconisées à la Grèce, et qui avaient contribué à une chute du PIB de 22 % entre 2008 et 2012, étaient en partie inadaptées.

Cécile Ducourtieux et Adéa Guillot, « Le rôle à part du FMI dans la crise grecque », Le Monde, 3 juin 2015.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.