Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Penser la société industrielle
P.104-105

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Dossier


Penser la société industrielle




Compétence

Je mets en relation des documents et je les confronte à mes connaissances

Introduction

Face aux transformations de l’économie et de la société, des hommes et des femmes s’interrogent et développent des idéologies nouvelles. Le libéralisme économique défend la liberté d’entreprendre. Le socialisme cherche des solutions face à l’ampleur de la misère des ouvriers.

Problématique

Quelles idéologies apparaissent avec l’industrialisation ?

Doc. 1
Une famille bourgeoise et une famille ouvrière

<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp>
<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp>

Doc. 2
Le socialisme : unir les ouvriers

La société toute entière se divise de plus en plus en deux vastes camps ennemis, en deux classes diamétralement opposées : la bourgeoisie et le prolétariat [...]. Le développement de l’industrie ne fait qu’accroitre le monde des prolétaires : il les concentre en masses de plus en plus importantes, leurs forces augmentent et ils en prennent davantage conscience [...]. Le but immédiat des communistes est le même que celui de tous les partis ouvriers : constitution des prolétaires en classe, renversement de la domination bourgeoise, conquête du pouvoir politique par le prolétariat.


Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste, 1848.

Doc. 3
Le libéralisme : pour la libre entreprise et la libre concurrence

Henri Schneider, patron des usines du Creusot, est interrogé sur plusieurs thèmes lors d’un enquête.

Sur les bénéfices d’un patron : Pensez-vous qu’il ne faut pas de l’argent pour faire marcher une « boite » comme celle-ci ? À côté du directeur, il y a le capitaliste qui apporte le capital1 [...].
Sur l’intervention de l’État : Très mauvaise [...] ! C’est comme la réglementation du travail des femmes et des enfants ; on met des entraves inutiles [...], on décourage les patrons de les employer.
Sur la journée de huit heures : Un ouvrier bien portant peut très bien faire ses dix heures par jour et on doit le laisser libre de travailler davantage si cela lui fait plaisir.


J. Huret, Enquête sur la question sociale en Europe, 1897.

Doc. 4
Le deux autres réponses à la misère ouvrière

Le paternalisme

Un contremaitre des usines de Schneider au Creusot explique comment son patron se soucie de ses salariés.

On fait tout pour les ouvriers ici ; quand les enfants sortent de l’école primaire, ils passent des examens pour entrer dans les écoles de M. Schneider. Là on leur apprend tout ce qu’il faut pour être admis à l’usine comme apprentis [...]. Je vous dis, ici, il n’y a pas à se plaindre. M. Schneider fait bien les choses, c’est un brave homme qui a le cœur sur la main [...]. La Compagnie nous avance l’argent qu’il nous faut pour faire bâtir une maison  ; on rembourse tant par mois, et, au bout d’un certain temps, on a sa petite maison et son petit jardin à soi.


J. Huret, Enquête sur la question sociale en Europe, 1897.


Le catholicisme social

Léon XIII est pape de 1878 à 1903. Il propose une voie intermédiaire entre le socialisme et le libéralisme.

Les rapports entre patrons et ouvriers se sont modifiés. La richesse a afflué entre les mains d’un petit nombre et la multitude a été laissée dans la misère [...]. Les socialistes, pour guérir ce mal, poussent à la haine jalouse des pauvres contre les riches. Ils prétendent que toute propriété privée de biens doit être supprimée [...]. Quant aux riches et aux patrons, ils ne doivent point traiter l’ouvrier en esclave [...]. Parmi les devoirs principaux du patron, il faut mettre au premier rang celui de donner à chacun le salaire qui convient. L’équité demande donc que l’État se préoccupe des travailleurs. Il doit faire en sorte qu’ils reçoivent une part convenable des biens qu’ils procurent à la société


Encyclique (lettre du pape) Rerum novarum du pape Léon XIII, 1891.

<stamp theme='his-green2'>Doc. 4</stamp>

Vocabulaire

  • Une idéologie : ensemble d’idées. De nouvelles idéologies apparaissent avec la révolution industrielle
  • Le prolétariat : classe sociale composée de ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre (les ouvriers). 
  • Le socialisme : idéologie qui dénonce l’organisation de la société industrielle et qui souhaite la mise en place d’une société plus égalitaire. 
  • Le libéralisme économique : idéologie en faveur de la libre entreprise et opposée à l’intervention de l’état dans l’économie. 
  • Le paternalisme : ici, patron se comportant comme un père de famille envers ses salariés.
Voir les réponses

Exercice

1
Doc. 1 (⇧) Relevez les différences entre ces deux classes sociales.

Lieu de vie Vêtements Famille
Bourgeois
Ouvriers


2
Doc. 2 (⇧) Quelles classes sociales s’opposent selon Marx et Engels ? Que proposent-ils aux ouvriers ?



3
Doc. 4 (⇧) Pourquoi le contremaitre dit-il qu’il ne faut pas se plaindre du patron ?



4
Doc. 3 (⇧) et Doc. 4 (⇧) Que pense ce patron des lois protégeant les ouvriers ? Que fait-il dans ses usines pour ses ouvriers ?



5
Doc. 4 (⇧) Relevez deux phrases montrant que le catholicisme social s’oppose à la fois au socialisme et au libéralisme.



6
Doc. 1 à 4 (⇧) Résumez chacune des idéologies présentées dans le dossier.

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.