Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Une étrange initiation à la science
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Une étrange initiation à la science





LOUIS-SÉBASTIEN MERCIER

LOUIS-SÉBASTIEN MERCIER

(1740-1814)


LOUIS-SÉBASTIEN MERCIER (1740-1814) est un auteur français prolifique, mais méconnu. Son œuvre principale, L’An 2440 : rêve s’il en fut jamais, est imprimée à Amsterdam parce qu’interdite par les autorités françaises. On la considère aujourd’hui comme le premier roman d’anticipation.

LOUIS-SÉBASTIEN MERCIER, L’An 2440 : rêve s’il en fut jamais

Le narrateur s’est endormi au XVIIIe siècle ; il se réveille 670 ans plus tard. La société utopique1 qu’il découvre est celle que les philosophes des Lumières ont envisagée. Une révolution sans heurts a délivré les hommes des injustices, le monarque est raisonnable. Au XXVe siècle, on s’initie à la science pour une raison surprenante.

  Mais quel est ce jeune homme que je vois environné d’une foule empressée ? Comme la joie se peint dans tous ses mouvements ! comme son front est brillant ! que lui est-il arrivé d’heureux ? d’où vient-il ? – Il vient d’être initié, me répondit gravement mon guide. [...] Nous observons de fort près le goût, le caractère, les actions les plus secrètes d’un jeune homme. Dès qu’on s’aperçoit qu’il cherche les endroits solitaires pour y réfléchir ; dès qu’on le surprend l’œil attendri, attaché sur la voûte du firmament2, [...] ; alors il n’y a plus de temps à perdre, c’est un signe que sa raison a toute sa maturité et qu’elle peut recevoir avec fruit le développement des merveilles que le Créateur a opérées.
  Nous choisissons une nuit où, dans un ciel serein, l’armée des étoiles brille dans tout son éclat. Accompagné de ses parents et de ses amis, le jeune homme est conduit à notre observatoire : tout à coup nous appliquons à son œil un télescope ; nous faisons descendre sous ses yeux Mars, Saturne, Jupiter, tous ces grands corps flottants avec ordre dans l’espace ; nous lui ouvrons, pour ainsi dire, l’abîme de l’infini. Tous ces soleils allumés viennent en foule se presser sous son regard étonné. Alors un pasteur vénérable3 lui dit d’une voix imposante et majestueuse : « Jeune homme ! voilà le Dieu de l’univers qui se révèle à vous au milieu de ses ouvrages. Adorez le Dieu de ces mondes, ce Dieu dont le pouvoir étendu surpasse et la portée de la vue de l’homme et celle même de son imagination. [...] »
  Alors la scène change : on apporte un microscope ; on lui découvre un nouvel univers, plus étonnant, plus merveilleux encore que le premier. Ces points vivants que son œil aperçoit pour la première fois, qui se meuvent4 dans leur inconcevable petitesse, et qui sont doués des mêmes organes appartenant aux colosses de la terre, lui présentent un nouvel attribut de l’intelligence du Créateur.
  Le pasteur reprend du même ton : « Êtres faibles que nous sommes, placés entre deux infinis, opprimés de tout côté sous le poids de la grandeur divine, adorons en silence la même main qui alluma tant de soleils, imprima la vie et le sentiment à des atomes imperceptibles ! Sans doute, l’œil qui a composé la structure délicate du cœur, des nerfs, des fibres du ciron5, lira sans peine dans les derniers replis de notre cœur. Quelle pensée intime peut se dérober à ce regard absolu devant lequel la voie lactée ne paraît pas plus que la trompe de la mite6 ? Rendons toutes nos pensées dignes du Dieu qui les voit naître et qui les observe. [...] »
  Le jeune homme ému, étonné, conserve la double impression qu’il a reçue presque au même instant : il pleure de joie, il ne peut rassasier7 son ardente curiosité ; elle s’enflâme à chaque pas qu’il fait dans ces deux univers. Ses paroles ne sont plus qu’un long cantique d’admiration. Son cœur palpite de surprise et de respect ; et dans ces instants sentez-vous avec quelle énergie, avec quelle vérité il adore l’Être des êtres ? Comme il se remplit de sa présence ! Comme ce télescope étend, agrandit ses idées, les rend dignes d’un habitant de cet étonnant univers ! Il guérit de l’ambition terrestre et des petites haines qu’elle enfante ; il chérit tous les hommes animés du soufle égal de la vie ; il est le frère de tout ce que le Créateur a touché.


LOUIS-SÉBASTIEN MERCIER, L’An 2440 : rêve s’il en fut jamais, extrait du chapitre XXI : « Communion des deux Infinis », 1770.

1. Adjectif dérivé du nom « utopie » qui signifie littéralement « en aucun lieu », soit un lieu rêvé, idéal.
2. Voute céleste, ciel.
3. Digne de respect.
4. Bougent.
5. Acarien ; plus petit être vivant observable à l’oeil nu.
6. Acarien ou insecte.
7. Satisfaire.

Le paradoxe

Du grec paradoxos qui signifie « contraire à l’opinion commune », un paradoxe est une idée étonnante, originale qui va à l’encontre de ce que les gens pensent habituellement.

Par extension, le mot désigne également une proposition qui défie la logique. Ex. « Il est interdit d’interdire. » (Jean Yanne)

100% Numérique

Retrouvez un extrait des Pensées de Pascal, texte philosophique qui a certainement inspiré Mercier.

L’Étoile du matin

Voir les réponses

L’image

1
Le surréalisme de cette image lui confère un aspect magique. Est-ce une bonne illustration du texte ? Justifiez votre réponse.



2
Quel rapport thématique ce tableau entretient-il avec le texte de Mercier ?



Voir les réponses
Voir les réponses

Le texte

COMPÉTENCE - Je lis des textes variés et me sers de mes connaissances culturelles pour les comprendre

L’initiation d’un jeune homme

1
a) En vous aidant du texte, expliquez ce qu’est une initiation. b) Cherchez ensuite la définition exacte dans un dictionnaire.



2
À la fin du premier paragraphe, qu’apprend-on sur les motivations de cette initiation ?



3
Pourquoi attendre une belle nuit pour cette initiation ?



4
a) En combien d’étapes l’initiation se déroule-t-elle ? b) Résumez chaque étape en quelques mots.



Une initiation paradoxale

5
a) Sur quelle opposition se fonde cette initiation ? Citez le texte pour illustrer votre réponse. b) Quel est toutefois le point commun entre ces étapes ?



6
Quel est le résultat de cette initiation ?



7
Quel paradoxe propose ce texte au sujet de la science et de la religion ? Aidez-vous de l’Éclairage pour répondre.



8
À votre avis, quel rôle le jeune initié pourra-t-il jouer ensuite dans la société ?



9
Selon vous, qu’est-ce qui a poussé l’auteur à écrire ce texte ?



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.