Mathématiques 1re Techno

Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Partie 1 : Analyse
Ch. 1
Suites
Ch. 2
Fonctions
Ch. 3
Dérivation
Partie 2 : Statistiques et probabilités
Ch. 4
Fréquences conditionnelles et probabilités conditionnelles
Ch. 5
Variables aléatoires
Automatismes
Partie 3 : Géométrie
Ch. 6
Trigonométrie
Ch. 7
Produit scalaire
Partie 4 : Analyse
Ch. 9
Compléments sur la dérivation
Ch. 10
Primitives
Révisions Genially
Chapitre 8
Activité

Nombres complexes

8 professeurs ont participé à cette page
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

A
Introduction aux nombres complexes

p. 216.

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Objectif

Introduire la notion de nombre complexe.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Le mathématicien Cardan a établi qu'une équation de la forme x^{3}-p x-q=0p et q désignent deux nombres réels, admet une solution de la forme :

x_{0}=\sqrt[3]{\frac{q}{2}+\sqrt{\frac{q^{2}}{4}-\frac{p^{3}}{27}}}+\sqrt[3]{\frac{q}{2}-\sqrt{\frac{q^{2}}{4}-\frac{p^{3}}{27}}}


On considère l'équation (\mathrm{E}): x^{3}-15 x-4=0.

1. a. Montrer que la formule de Cardan appliquée à cette équation donnerait pour solution x_{0}=\sqrt[3]{2+\sqrt{-121}}+\sqrt[3]{2-\sqrt{-121}}.

b. Expliquer pourquoi cette solution ne semble pas avoir de sens.


2. En dépit de cette absurdité apparente, Cardan, puis Bombelli, ont décidé d'utiliser des nombres imaginaires dont le carré est négatif.
On introduit alors un nombre \text{i} tel que \text{i}^{2}=-1.
Justifier que -121=(11 \text{i})^{2}, puis écrire la solution x_0 obtenue par la formule de Cardan en fonction de \text{i}.


3. En supposant que les règles de calcul sont les mêmes que celles valables dans l'ensemble des nombres réels, vérifier que (2+\text{i})^{3}=2+11 \text{i} et que (2-\text{i})^{3}=2-11 \text{i}.
Ces nombres sont appelés des nombres complexes.


4. En déduire une solution réelle de (\mathrm{E}).
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Placeholder pour page de livrepage de livre
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Histoire des maths

Raffaele Bombelli (1526‑1573) et Girolamo Cardano (1501‑1576), mathématiciens italiens de la Renaissance, se sont risqués à percer les secrets des équations du troisième degré.

Bien des notations ont été utilisées pour la quantité imaginaire « \sqrt{-1} ». Euler décida en 1777 d'introduire le nombre \text{i} (comme « imaginaire ») et donc d'écrire \mathrm{i} \times \mathrm{i}=-1. En 1831, Gauss reprendra la notation pour conforter son idée d'en faire des « nombres complexes » et Cauchy fera de même plus tard.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Bilan

Qu'est‑ce qu'un nombre complexe ?
Quelles règles de calcul semble‑t‑on pouvoir utiliser avec ces nombres ?
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

B
Nombres complexes et géométrie

p. 218.

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Objectif

Introduire le conjugué d'un nombre complexe.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.
On considère trois points \text{A}, \text{B} et \text{C} dans un plan muni d'un repère orthonormé direct (\mathrm{O} \: ; \vec{u} \:, \vec{v}).

repère orthonormé - Activité B
Le zoom est accessible dans la version Premium.


1. Déterminer graphiquement les affixes a, b et c des points \text{A}, \text{B} et \text{C}.


2. a. Placer le point \text{D}, symétrique de \text{B} par rapport à l'axe des réels. Déterminer graphiquement l'affixe d de \text{D}.

Logo Geogebra

GeoGebra

Vous devez vous connecter sur GeoGebra afin de sauvegarder votre travail


b. Que peut‑on dire des parties réelles et imaginaires des affixes de \text{B} et de \text{D} ?

On dit que d est le conjugué de b et on note d=\bar{b}.

3. Placer dans le même repère les points \text{E} et \text{F} d'affixe respective e=\bar{a} et f=-\bar{c}. Que remarque‑t‑on ?
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Bilan

Si \bm{z=x+\text{i} y} est écrit sous forme algébrique, comment peut‑on définir son conjugué \bm{\bar{z}} ?
Géométriquement, que peut‑on dire de deux points dont les affixes sont des complexes conjugués ?
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

C
Module et arguments d'un nombre complexe

p. 220.

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Objectif


Introduire la notion de module et d'arguments d'un nombre complexe.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

On munit le plan complexe d'un repère orthonormé direct (\mathrm{O} \: ; \vec{u} \:, \vec{v}).
On construira une figure qu'on complétera au fur et à mesure.

1. On appelle module d'un nombre complexe z, et on note |z|, la distance entre son point image \text{M} et l'origine du repère. On a donc |z|= \text{OM}.
a. Placer dans le plan complexe les points \text{A}, \text{B} et \text{C} d'affixe respective z_{\text{A}}=2+\text{i}, z_{\mathrm{B}}=-1-\mathrm{i} et z_{\text{C}}=1-2 \text{i}.

Logo Geogebra

GeoGebra

Vous devez vous connecter sur GeoGebra afin de sauvegarder votre travail


b. Calculer le module des nombres complexes z_{\mathrm{A}}, z_{\mathrm{B}} et z_{\mathrm{C}}.

Aide
b) et c) On pourra utiliser le théorème de Pythagore.

c. Soit z un nombre complexe dont la forme algébrique s'écrit z=a+\mathrm{i} b. Déterminer |z| en fonction de a et de b.


2. a. Soit z un nombre complexe vérifiant |z|=3. Placer différents points dans le plan pouvant correspondre à ce nombre complexe.

b. On appelle argument d'un nombre complexe non nul z associé au point \text{M} une valeur \theta telle que, à un multiple de 2\pi près, (\vec{u} \: , \overrightarrow{\mathrm{OM}})=\theta. Déterminer un argument du nombre complexe z dans chacun des cas suivants :
  • z est un réel strictement négatif ;
  • z est un réel strictement positif ;
  • z est un imaginaire pur avec \operatorname{Im}(z) \gt 0 ;
  • z est un imaginaire pur avec \operatorname{Im}(z) \lt 0.
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Bilan

Dans le plan complexe, comment repérer un nombre complexe à l'aide de son module et de l'un de ses arguments ?
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

D
Repérage sur un radar

p. 221.

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Objectif

Introduire la notion de forme trigonométrique d'un nombre complexe et la relier aux coordonnées polaires d'un point.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

On considère la figure ci‑dessous, modélisant l'affichage d'un radar. L'unité est le kilomètre. Le plus petit cercle est de rayon 1 km, le 2e de rayon 2 km, etc.
Les points \text{A}, \text{B}, \text{C} et \text{D} représentent des avions. On sait que \widehat{\mathrm{AOB}}=\frac{\pi}{3}, que \widehat{\mathrm{AOC}}=\frac{5\pi}{6} et que \text{C}, \text{O} et \text{D} sont alignés.

figure - Activité D
Le zoom est accessible dans la version Premium.

1. a. Justifier que l'abscisse et l'ordonnée de \text{B} valent respectivement x_{\mathrm{B}}=5 \cos \left(\frac{\pi}{3}\right) \text { et } y_{\mathrm{B}}=5 \sin \left(\frac{\pi}{3}\right).
Aide
On pourra placer le point \text{H}, projeté orthogonal de \text{B} sur l'axe des abscisses, et travailler dans le triangle rectangle \text{BOH}.

b. On note b=5\left(\cos \left(\frac{\pi}{3}\right)+\text{i} \sin \left(\frac{\pi}{3}\right)\right) l'affixe du point \text{B}. En utilisant les valeurs trigonométriques remarquables, déterminer la forme algébrique de b.

L'écriture 5\left(\cos \left(\frac{\pi}{3}\right)+\text{i} \sin \left(\frac{\pi}{3}\right)\right) est appelée forme trigonométrique de b. Le nombre 5 correspond à la distance entre le point \text{B} et l'origine du repère, et le nombre \frac{\pi}{3} correspond à une mesure de l'angle (\vec{u} \: ; \overrightarrow{\mathrm{OB}}). Le couple \left(5 \: ; \frac{\pi}{3}\right) est appelé coordonnées polaires de \text{B}.

2. a. Déterminer une forme trigonométrique des affixes des points \text{A}, \text{C} et \text{D}.


b. Placer précisément les points \text{F} et \text{G} d'affixe respective :
f=3\left(\cos \left(-\frac{\pi}{6}\right)+\mathrm{i} \sin \left(-\frac{\pi}{6}\right)\right) et g=2\left(\cos \left(-\frac{\pi}{2}\right)+\mathrm{i} \sin \left(-\frac{\pi}{2}\right)\right).

Logo Geogebra

GeoGebra

Vous devez vous connecter sur GeoGebra afin de sauvegarder votre travail

Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Bilan

Pour un point \text{M} d'affixe \bm{{z}=r(\cos (\theta)+\mathbf{i} \sin (\theta))}, avec \bm{r \gt 0} et \bm{\theta \in \mathbb{R}}, que représentent r et \theta ?
Afficher la correction

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.