Entrer dans l'œuvre


Andromaque depuis l'Antiquité





Photogramme du film Troie de Wolfgang Petersen, avec Éric Bana et Saffron Burrows, 2004.
Doc. 4
Photogramme du film Troie de Wolfgang Petersen, avec Éric Bana et Saffron Burrows, 2004.

Texte C
ANDROMAQUE. ‒ J’ai vu mon époux, Hector, tué par Achille, et le fils que je lui avais donné, Astyanax, jeté du haut d’une tour, quand les Grecs se furent emparés du sol troyen ; moi-même esclave, moi qui passais pour être issue de la plus noble maison, j’arrivai en Grèce […]. Pour moi, j’ai donné ici le jour à un fils1, fruit de mon union avec le rejeton d’Achille, avec mon maître. Et d’abord, malgré les maux qui m’accablaient, j’espérais toujours trouver dans cet enfant un appui, un soulagement à mes infortunes ; mais depuis que mon maître, dédaignant la couche de son esclave, a épousé Hermione de Lacédémone, je suis accablée par elle des plus cruels traitements. Elle dit que par des philtres secrets je la rends stérile et odieuse à son époux, que je prétends m’établir à sa place dans cette demeure et la chasser violemment de son lit. Or, ce lit, j’y ai pris place jadis malgré moi, et aujourd’hui je l’ai quitté pour toujours ; oui. Jupiter sait que j’ai partagé, contre mon gré, la couche de Pyrrhus.

Euripide, Andromaque, Ve s. avant J.-C., trad. du grec ancien d'Émile Pessonneaux, 1880.


1. Molossus, fils d’Andromaque et de Pyrrhus.

Texte B
  Bientôt, elle parvient jusqu’à la tour, à travers la foule des guerriers, et s’arrête sur le mur en regardant de toutes parts. Alors elle voit Hector, traîné devant les remparts de la ville ; des coursiers rapides emportent outrageusement son cadavre vers les vaisseaux des Grecs. […] Enfin, revenue à elle-même, et reprenant ses esprits, elle répand des pleurs accompagnés de sanglots, et s’écrie au milieu des Troyennes : « Hector, que je suis malheureuse ! […] Maintenant te voilà dans les demeures d’Hadès, profonds abîmes de la terre, tandis que moi, dans un deuil éternel, tu me laisses veuve au sein de nos foyers. Ce fi ls encore enfant, auquel, malheureux, nous avons donné la vie, Hector, puisque tu n’es plus, tu ne seras point son appui, et lui ne sera jamais le tien. »

Homère, L’Iliade, chant XXII, VIIIe s. av. J.-C., trad. du grec ancien de Jean-Baptiste Dugas-Montbel, 1828.

Statue Homere
Homère (VIIIe siècle av. J.-C.)

Poète grec de la fin du VIIIe siècle av. J.-C. On lui attribue notamment l’épopée L’Iliade, le premier texte qui mentionne Andromaque.

Johan Ludwig Lund, Pyrrhus et Andromaque sur la tombe d’Hector, 1807 - 1811, Galerie nationale du Danemark, Copenhague.
Doc. 3
Johan Ludwig Lund, Pyrrhus et Andromaque sur la tombe d’Hector, 1807 - 1811, huile sur toile, 234 × 308 cm, Galerie nationale du Danemark, Copenhague.