Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 3


L’essor de la puissance britannique




Repères

Adam Smith (1723-1790)

Adam Smith
(1723-1790)

Philosophe de formation, Adam Smith devient ensuite économiste. Il théorise le libre‑échange, expliquant notamment que la richesse d’une nation repose sur la division du travail et que l’État doit peu intervenir dans l’économie.

Francis Swain, Le Lancement du Sailor Prince à Spithead, 1765, huile sur toile, 10,6 x 16,7 cm, Art Gallery of South Australia, Adelaide

3
La flotte anglaise domine les mers

Francis Swain, Le Lancement du Sailor Prince à Spithead, 1765, huile sur toile, 10,6 x 16,7 cm, Art Gallery of South Australia, Adelaide.

1
Le développement de l'industrie

Ces dix ouvriers pouvaient faire entre eux plus de quarante huit milliers d’épingles dans une journée ; donc, chaque ouvrier, faisant une dixième partie de ce produit, peut être considéré comme faisant dans sa journée quatre mille huit cents épingles. Mais s’ils avaient tous travaillé à part et indépendamment les uns des autres et, s’ils n’avaient pas été façonnés à cette besogne particulière, chacun d’eux assurément eût fait seulement vingt épingles, ou peut-être pas une seule dans sa journée.

Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.

Décentrement

En 1631, l’empereur moghol musulman Shâh Jahân entreprend la construction du Taj Mahal à Agra (région de l’Uttar Pradesh en Inde) : un gigantesque mausolée en marbre blanc en mémoire de son épouse, Mumtaz Mahal.

Taj Mahal à Agra

La construction dure 17 ans et nécessite des matériaux venus de l’ensemble du sous-continent indien. Dès son achèvement, il est considéré comme un chef‑d’œuvre et attire les visiteurs. Ce bâtiment s’inspire de l’architecture islamique, ottomane, iranienne et indienne. Il refl ète les influences multiples de l’Empire moghol, à l’image de ce territoire indien, carrefour où se rencontrent de nombreuses civilisations.

1
L’essor industriel et le mouvement des enclosures

Un essor industriel précoce. L’essor démographique, le développement des villes et la politique des Stuarts favorisent l’émergence d’activités industrielles comme la métallurgie (Birmingham) et les manufactures de textile (Manchester). Dans ces industries apparaissent de nouvelles façons de travailler (doc. 1) qui stimulent les réflexions de certains économistes, notamment Adam Smith .

L’accélération des enclosures. Dans les campagnes, le mouvement des enclosures, commencé dès le Moyen Âge, s’accélère à partir des années 1650. Les biens communaux sont transformés en vastes pâturages pour les moutons afin de favoriser l’industrie textile. Bouleversant les paysages, ce mouvement s’accompagne également de la suppression du droit de pacage, ce qui entraîne des résistances dans les campagnes (recours en justice, révoltes) et un exode rural important.

Vocabulaire

Abolitionnisme : courant politique luttant pour l’interdition de l’esclavage et de la traite des humains.

Charte : ensemble de droits et de libertés accordés à une personne, une communauté ou une compagnie.

Droit de pacage : coutume permettant aux paysans de mener leurs bêtes paître sur des champs possédés en commun.

Enclosures : mouvement agricole qui consiste à clôturer les parcelles de terres qui appartenaient auparavant à l’ensemble de la communauté paysanne.

Manufacture : bâtiment dans lequel on fabrique des biens industriels.

Puritain : chrétien réformé désireux de purifier la société des éléments hérités du catholicisme ; dissident de l’Église anglicane.


La monarchie britannique devient une grande puissance économique et coloniale. Néanmoins, elle commence à être contestée dans les colonies nord‑américaines.

Voir le cours 4

Comment la puissance anglaise s’affirme‑t-elle sur les îles Britanniques et sur le monde à partir du XVIIe siècle ?




4
Un pasteur condamne la traite négrière

Vous êtes des hommes […] respectez l’humanité ! Si vous êtes plus puissants que vos voisins, cela doit‑il vous autoriser à les priver de leurs droits ? Vous êtes des Britanniques […]. Vous aimez la liberté. Est‑il possible d’être britannique et de ne pas aimer la liberté ? Est-il possible d’aimer la liberté et de ne pas vouloir en même temps toujours qu’elle étende sa douce influence ? […] Finalement, vous êtes chrétiens, et comme tels, vous ne pouvez sans crainte justifier la traite.

James Dore, sermon prononcé en 1788 à Maze Fond.

3
Grand commerce, traite et afflux de nouveaux produits

L’essor du grand commerce… Les échanges commerciaux se diversifient à partir du XVIIe siècle. Le commerce colonial prend une importance croissante, ce qui favorise le développement de la marine britannique (doc. 3). L’importation de thé, de café, de tabac et de chocolat transforme les modes de vie et favorise de nouvelles sociabilités.

… et de l’esclavage. Ce commerce s’accompagne de l’exploitation d’une main‑d’œuvre servile. Au XVIIIe siècle, l’Angleterre est la principale nation esclavagiste, responsable de près de 50 % de la traite atlantique. En réaction se développe un puissant mouvement abolitionniste (doc. 4) qui gagne peu à peu l’opinion publique à sa cause et parvient à obtenir l’abolition de l’esclavage en 1807.

L’empire britannique à la fin du XVIIIe siècle

2
L’empire britannique à la fin du XVIIIsiècle


2
Un temps d'expansion

Dominer les îles Britanniques. La conquête des îles Britanniques, commencée au XIIe siècle avec l’intégration du pays de Galles au royaume, se poursuit au siècle suivant. L’Écosse est définitivement rattachée à la Couronne par l’Acte d’Union (1707). La colonisation de l’Irlande s’avère quant à elle très brutale (Grande Rébellion de 1641).

Une politique royale en faveur de la colonisation. Les Stuarts encouragent l’expansion maritime par le biais de chartes commerciales : la Compagnie des Indes orientales reçoit ainsi d’immenses privilèges. Au siècle suivant, les rivalités coloniales avec la France entraînent la guerre de Sept Ans (1756‑1763), gagnée par les Britanniques, qui récupèrent de nombreuses possessions françaises. À la fin du XVIIIe siècle, la Grande-Bretagne contrôle un empire colonial présent sur tous les continents (doc. 2).

Les colonies d’Amérique du Nord. Vers 1750, on compte treize colonies en Amérique du Nord. Elles attirent de nombreux Européens désireux de faire fortune, ainsi que des dissidents religieux qui fuient la répression, notamment des puritains. La population, britannique à 90 %, y est au départ très loyaliste.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?