COURS 5


La naissance d’un nouveau régime




Écho des temps

Barack Obama, le premier afro-américain à devenir président des État-Unis d’Amérique, fut officiellement adopté par la tribu amérindienne des Crows durant sa campagne présidentielle de 2008.

Barack Obama

En août 2009, il reçoit à la Maison Blanche le chef de guerre crow John Medicine, alors âgé de 95 ans, pour lui remettre la médaille de la Liberté. Cette photo, soigneusement mise en scène, souligne l’ouverture de la démocratie américaine, en montrant ensemble une femme, des chefs amérindiens et un afroaméricain, autant de catégories qui étaient exclues en 1776.

Les conflits territoriaux à l’ouest, fin du XVIIIe siècle

4
Les conflits territoriaux à l’ouest, fin du XVIIIe siècle


3
Une démocratie inachevée

Une république esclavagiste. Sur quatre millions d’habitants, les États‑Unis comptent 20 % d’esclaves, surtout présents dans le sud du pays. La plupart des Pères fondateurs possèdent des esclaves et, malgré leurs convictions républicaines, sont imprégnés par les idées racistes de leur temps (doc. 3). Les États du Nord abolissent progressivement l’esclavage, mais il reste légal dans les États méridionaux.

Une république conservatrice. Même si plusieurs ont lutté pour l’indépendance, y compris militairement, les femmes sont privées de droits politiques. Seul le New Jersey leur donne le droit de vote en 1776, avant de le leur retirer en 1807. Les pauvres sont eux aussi exclus de la vie politique : seuls les propriétaires peuvent voter et être élus, ce qui fait de la République américaine une oligarchie (doc. 2).

Une république conquérante. Les loyalistes sont persécutés et plusieurs dizaines de milliers fuient le pays. Quant aux Amérindiens, ils sont considérés comme des sauvages et massacrés, avec l’assentiment du Congrès. Des colons s’installent sur leurs terres : c’est le début de la conquête de l’Ouest. Entre les différents États, la compétition est forte pour s’approprier ces terres. La carte politique évolue : de nouveaux États apparaissent peu à peu dans ces régions, d’autres s’agrandissent (doc. 4).

Vocabulaire

Amendement : modification apportée à la Constitution. Il doit être voté par les deux tiers du Congrès et ratifié par les trois quarts des élus des États.

Constitution : loi fondamentale qui détermine l’organisation et le fonctionnement d’un État.

Convention populaire : assemblée populaire réunie spécialement pour ratifier la Constitution sans passer par les législatures des États.

État fédéral : État souverain composé de territoires autonomes, appelés « États fédérés », disposant de leurs propres gouvernements.

Ratification : confirmation par une assemblée d’un engagement pris par un représentant.

3
Jefferson et l’esclavage

Il m’apparaît qu’en ce qui concerne la mémoire, [les Noirs] sont l’égal des Blancs ; en ce qui concerne la raison, ils sont bien inférieurs […]. Cette malheureuse différence de couleur, et peut-être de faculté, est un obstacle puissant à l’émancipation de ces gens […]. Quand l’esclave sera libre, il faudra le repousser afin d’éviter tout risque de mélange.


Thomas Jefferson, Notes on the State of Virginia, 1785.

1
La rédaction d’une Constitution

Les Pères fondateurs. Cinquante-cinq délégués, souvent des juristes, parmi lesquels James Madison, participent à la rédaction d’une nouvelle Constitution. Ils s’inspirent de la tradition juridique britannique et des travaux de John Hobbes, Thomas Locke et Montesquieu.

Une ratification rapide. Des conventions populaires sont réunies pour ratifier le texte dans chaque État. Dès l’été 1788, onze États l’ont déjà fait. Parfois obtenue de justesse, la ratification a donné lieu à des débats passionnés (doc. 1).

Comment les Américains mettent‑ils en place de nouvelles institutions ?




2
Les institutions américaines

Les institutions américaines


Fondée sur des valeurs universelles et des principes démocratiques, la jeune République américaine peine à les appliquer à toutes les parties de sa population.

Repères

James Madison (1751-1836)

James Madison
(1751-1836)

Délégué de Virginie, proche de Jefferson et Washington, Madison est l’un des principaux rédacteurs de la Constitution. Il s’assure notamment de l’équilibre des pouvoirs, de la souveraineté des États fédérés et de la représentation du peuple. Il corédige les Federalist Papers et les amendements à la Constitution. Secrétaire d’État de Jefferson, il devient le quatrième président des États-Unis (1809‑1817).

1
Une Constitution critiquée

Dramaturge, poétesse et philosophe, Mercy Otis Warren critique dans ce texte les défauts de la Constitution.

2. Il n’y a pas de sécurité dans le système proposé ni pour la liberté de conscience, ni pour la liberté de la presse. 3. Il n’y a pas de limites bien définies pour le pouvoir judiciaire. 4. L’exécutif et le législatif sont dangereusement mélangés et tout ce qui les concerne est formulé en des termes ambigus […]. 9. Rien n’empêche qu’un mandat reste dans les mêmes mains pour une vie entière.


Mercy Otis Warren, Observations on the New Constitution, 1788.

2
Les apports de la Constitution

Une souveraineté partagée. L’État fédéral gère la politique extérieure, le commerce, la défense, tandis que les États fédérés s’occupent de la police, de la justice, des écoles, de l’aménagement des infrastructures.

Séparation et équilibre des pouvoirs. Élues au suffrage indirect, les deux chambres – le Sénat et la Chambre des représentants – détiennent le pouvoir législatif. Aucun pouvoir n’a le dessus sur les autres : par exemple, le président peut mettre son veto à une loi votée par le Congrès, et le Sénat peut révoquer un ministre ou un juge nommé par le président (doc. 2).

Des valeurs universelles. Avec l’adoption des dix premiers amendements (Bill of Rights), ratifiés en 1791, les États‑Unis se dotent de valeurs universelles : consentement des gouvernés, représentation populaire, liberté religieuse, libertés publiques, etc.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?