Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Découvrir sa vocation (Giono, Jean le Bleu)
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Découvrir sa vocation (Giono, Jean le Bleu)





Jean Giono

Jean Giono

(1895-1970)


Jean Giono est un écrivain français dont les premiers romans se passent dans le  monde rural provençal, l’univers de son enfance. Il chante la nature pour y faire rêver son lecteur.

Jean Giono, Jean le Bleu

  Dans ce récit autobiographique, Jean Giono raconte les événements qui l’ont marqué et s’attarde ici sur une découverte qui va changer sa vie lors d’un séjour chez les bergers.

  - Lis, dit l’homme noir1. Il me donna l’Iliade2.
  J’allai m’asseoir sur la pierre du seuil.
  Les rossignols du lavoir chantaient encore. L’orage maintenant tenait tout le rond du ciel.
  Tout le jour se passa en silence ; toute la nuit. Le lendemain, le ciel était libre et clair. Les hommes et les femmes sortirent pour attaquer.
  Je lus l’Iliade au milieu des blés mûrs. On fauchait sur tout le territoire. Les champs lourds se froissaient comme des cuirasses. Les chemins étaient pleins d’hommes portant des faux. Des hurlements montaient des terres où l’on appelait les femmes. Les femmes couraient dans les éteules3. Elles se penchaient sur les gerbes ; elles les relevaient à pleins bras - et on les entendait gémir ou chanter. Elles chargeaient les chars. Les jeunes hommes plantaient les fourches de fer, relevaient les gerbes et les lançaient. Les chars s’en allaient dans les chemins creux. Les chevaux secouaient les colliers, hennissaient, tapaient du pied. Les chars vides revenaient au galop, conduits par un homme debout qui fouettait les bêtes et serrait rudement dans son poing droit toutes les rênes de l’attelage. Dans l’ombre des buissons on trouvait des hommes étendus, bras dénoués, aplatis contre la terre, les yeux fermés; et, à côté d’eux, les faucilles abandonnées luisaient dans l’herbe.
  Nous allions garder le troupeau. La colline aimée des bêtes était juste au-dessus des moissons. L’homme noir se couchait dans l’ombre chaude des genévriers ; je m’allongeais à côté de lui. Nous restions un moment à souffler et à battre des paupières. Le chemin de la colline, avec ses pierres rondes, restait longtemps à se tordre, tout étincelant dans le noir de mes yeux.
  - Et le livre ?
  - Il est là.
  Il fouillait dans la musette. L’Iliade était là, collée contre le morceau de fromage blanc.
  Cette bataille, ce corps à corps danseur qui faisait balancer les gros poings comme des floquets4 de fouets, ces épieux, ces piques, ces flèches, ces sabres, ces hurlements, ces fuites et ces retours, et les robes de femmes qui flottaient vers les gerbes étendues : j’étais dans l’Iliade rousse. [...] Il avait, en lisant, une science du texte - je sais, à présent ce que c’est ; il entrait sensuellement dans le texte -, une telle intelligence de la forme, de la couleur, du poids des mots, que sa voix m’impressionnait non pas comme un son, mais comme une vie mystérieuse créée devant mes yeux. Je pouvais fermer mes paupières, la voix entrait en moi. C’est en moi qu’Antiloque5 lançait l’épieu. C’est en moi qu’Achille6 damait le sol de sa tente, dans la colère lourde de ses pieds. C’est en moi que Patrocle7 saignait. C’est en moi que le vent de la mer se fendait sur les proues.
  Je sais que je suis un sensuel. [Mon père] a vu, lui, le premier, avec ses yeux gris, cette sensualité qui me faisait toucher un mur et imaginer le grain de pore d’une peau. Cette sensualité qui m’empêchait d’apprendre la musique, donnant un plus haut prix à l’ivresse d’entendre qu’à la joie de se sentir habile, cette sensualité qui faisait de moi une goutte d’eau traversée de soleil, traversée des formes et des couleurs du monde, portant, en vérité, comme la goutte d’eau, la forme, la couleur, le son, le sens marqué dans ma chair. [...] Avec une prescience d’insecte il a donné à la petite larve que j’étais les remèdes ; un jour ça, un autre jour ça ; il m’a chargé de plantes, d’arbres, de terre, d’hommes, de collines, de femmes, de douleur, de bonté, d’orgueil, tout ça en remèdes, tout ça en provisions, tout ça en prévision de ce qui aurait pu être une plaie. Il a donné le bon pansement à l’avance pour ce qui aurait pu être une plaie, pour ce qui, grâce à lui, est devenu dans moi un immense soleil. Si l’on a l’humilité de faire appel à l’instinct, à l’élémentaire, il y a dans la sensualité une sorte d’allégresse cosmique.

Jean Giono, Jean le Bleu, © Éditions Grasset & Fasquelle, 1932

L’Iliade

L’Iliade est une épopée attribuée à Homère, tout comme l’Odyssée. Après l’enlèvement d’Hélène, une reine grecque, par Pâris, un prince troyen, les Grecs assiègent Troie pendant dix ans. Homère raconte les exploits de plusieurs héros, grecs (Agamemnon, Ulysse, Antiloque…) ou troyens (Hector, Énée…), mais l’Iliade est surtout centrée sur un épisode précis, la colère d’Achille, le meilleur guerrier grec, humilié par Agamemnon. Refusant de combattre, Achille laisse l’armée grecque en position de grande faiblesse. Seule la mort de son meilleur ami, Patrocle, tué par Hector, le convainc de reprendre les armes.

100% Numérique


La moisson


Icare
Voir les réponses

Les images

En vous fondant sur le texte de Giono, montrez en quoi la scène de bataille de l’Iliade peut être mise en parallèle avec la scène de moissons.



Voir les réponses
Voir les réponses

Le texte

Souvenirs d’enfance

1
a) Où cet épisode se situe-t-il ? Citez les expressions qui vous ont aidé à répondre. b) L’épisode a-t-il lieu au moment où le narrateur le raconte ? Commentez notamment l’emploi des temps verbaux au début et à la fin du texte.



2
a) Dans le deuxième paragraphe, à quoi comprend-on qu’il s’agit d’une scène de moissons ? b) Relevez les éléments qui font de la scène des moissons un tableau coloré et vivant.



3
a) « Les hommes et les femmes sortirent pour attaquer. » Cette phrase précède la description de la moisson : à quoi aurait-on pu s’attendre ? b) À quoi est comparée la moisson ? Relevez d’autres mots ou expressions qui vont dans le sens de cette comparaison. c) Que pensez-vous de cette comparaison ? Développez votre réponse en quelques lignes et justifiez-la.



La découverte de la littérature

4
a) Dans le troisième paragraphe, la phrase qui commence par « Cette bataille… » fait-elle allusion à l’Iliade ou à la moisson ? b) Comment comprenez-vous l’expression « l’Iliade rousse » ?



5
a) Quelle est la figure de style utilisée dans cette même phrase ? b) Que nous dit-elle des émotions de l’enfant ?



6
À la fin du troisième paragraphe, il est question de plusieurs personnages de l’Iliade. Faites des recherches sur chacun d’eux pour comprendre les situations auxquelles le narrateur fait allusion.



7
a) Quel est l’effet produit par la littérature sur l’enfant ? b) Est-ce par la lecture que cet effet est produit ?



La sensualité

8
Qu’est-ce que cette « sensualité » dont parle le narrateur ? Pour vous aider à répondre, relevez d’autres mots appartenant à la même famille et commentez-le. Essayez de donner une définition de la sensualité de Giono avec vos propres mots.



9
a) Pourquoi cette sensualité est-elle la base du travail d’écrivain de Giono ? Que lui apporte-t-elle ? b) Expliquez la comparaison avec la « goutte d’eau ». c) Comment comprenez-vous le rôle joué par le père ?



10
a) Dans la phrase qui commence par « Avec une prescience... », à quoi le narrateur se compare-t-il ? b) Quelle est la figure de style utilisée ? c) Pourquoi peut-on dire que cet extrait est le récit d’un découverte de soi et le début d’une vocation ?



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.