Physique-Chimie 2de
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
1. Constitution et transformations de la matière
Ch. 1
Identification des espèces chimiques
Ch. 2
Composition des solutions aqueuses
Ch. 3
Dénombrer les entités
Ch. 4
Le noyau de l’atome
Ch. 5
Le cortège électronique
Ch. 6
Stabilité des entités chimiques
Ch. 7
Modélisation des transformations physiques
Ch. 8
Modélisation des transformations chimiques
Ch. 9
Synthèse de molécules naturelles
Ch. 10
Modélisation des transformations nucléaires
2. Mouvement et interactions
Ch. 11
Décrire un mouvement
Ch. 12
Modéliser une action sur un système
Ch. 13
Principe d’inertie
3. Ondes et signaux
Ch. 14
Émission et perception d’un son
Ch. 15
Analyse spectrale des ondes lumineuses
Ch. 16
Propagation des ondes lumineuses
Ch. 17
Signaux et capteurs
Méthode
Fiches méthode
Fiches méthode compétences
Annexes
Chapitre 16
Cours

Propagation des ondes lumineuses

1
Changement de milieu de propagation

A
Phénomène de réflexion et de réfraction

La lumière se propage en ligne droite dans un milieu homogène et transparent. Cependant, lorsqu'elle change de milieu de propagation (passage de l'air à l'eau par exemple), la lumière peut subir deux phénomènes : une réflexion (le rayon repart dans le milieu initial) ou une réfraction (changement de direction de propagation). La surface de séparation entre deux milieux est appelée dioptre.

Le rayon arrivant sur le dioptre est appelé rayon incident, celui qui subit la réflexion est le rayon réfléchi et le rayon qui subit la réfraction est le rayon réfracté (doc. 1).

Doc. 1
Notation des angles

Notation des angles
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Éviter les erreurs

Attention à bien déterminer les angles entre le rayon et la normale et non pas entre le rayon et la surface de séparation !

B
Les lois du modèle de la réfraction et de la réflexion

On appelle angle d'incidence , l'angle formé par le rayon incident et la normale au dioptre, angle de réfraction , l'angle formé par le rayon réfracté et la normale au dioptre, et angle de réflexion , l'angle formé par le rayon réfléchi et la normale.

Les lois de Snell-Descartes : elles ont été établies indépendamment par Willebrord Snell et René Descartes au XVIIe siècle.

  • 1re loi de Snell-Descartes : le rayon incident, le rayon réfracté, le rayon réfléchi et la normale sont dans le même plan.

  • 2e loi de Snell-Descartes :
    pour la réfraction ;
    Et pour la réflexion.

et sont les indices de réfraction des milieux 1 et 2.

Remarque
Plus l'indice est grand, plus la vitesse de la lumière dans ce milieu est petite.

Supplément numérique


Découvrez ici la présentation des lois de Snell‑Descartes.

Doc. 2
Indices de réfraction avec la vitesse de la lumière

Milieu de propagationIndice de réfractionVitesse de la lumière
Vide et air1,003,00 108 ms-1
Eau1,332,25 108 ms-1
Plexiglas1,492,01 108 ms-1

Doc. 3
Valeur d'indices pour l'eau en fonction de la longueur d'onde

Longueur d'onde (nm)Indice de réfraction
400 (violet)1,343
580 (jaune)1,333
680 (rouge)1,332

C
Dispersion de la lumière

La dispersion d'une lumière polychromatique (composée de plusieurs radiations donc de plusieurs couleurs) est le phénomène de séparation des radiations qui composent cette lumière.

On dit qu'un milieu est dispersif si son indice de réfraction dépend de la longueur d'onde de la radiation lumineuse qui le traverse.

Ce type de milieu permet de décomposer la lumière blanche.

L'image de cette décomposition des couleurs sur un écran s'appelle le spectre de la lumière.

Il peut permettre d'identifier si une source lumineuse est monochromatique ou non.

Doc. 4
Illustration de la dispersion de la lumière

La dispersion de la lumière
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Application : l'arc‑en‑ciel
L'arc‑en‑ciel est une application directe de la dispersion de la lumière du Soleil par les gouttes d'eau de la pluie qui tombent.

Chacune des gouttes agit comme un prisme et dévie les rayons lumineux différemment en fonction de leur longueur d'onde et donc de leur couleur.

La multiplicité des gouttes nous donne une vision d'ensemble de ce phénomène de dispersion qu'on appelle arc‑en‑ciel.

Doc. 5
Dispersion dans une goutte d'eau

Dispersion dans une goutte d'eau
Le zoom est accessible dans la version Premium.

2
Modélisation de l'œil par une lentille

A
La lentille mince convergente

Une lentille mince convergente est un objet transparent de forme circulaire dont l'épaisseur au centre est plus importante qu'au niveau de sa bordure. Ce système a la propriété de faire converger des rayons lumineux qui le traversent (voir doc. 6).

Une lentille mince convergente est caractérisée par son centre optique par lequel passe l'axe optique de la lentille , son foyer image et son foyer objet est symétrique de par rapport à

Remarque
On appelle distance focale la distance entre et

Éviter les erreurs

Par convention, les rayons représentés vont toujours de gauche à droite. Pour une lentille convergente, attention à toujours placer le foyer image à droite et le foyer objet à gauche de

Doc. 6
La lentille convergente

La lentille convergente
Le zoom est accessible dans la version Premium.

B
Détermination graphique d'une image

Pour déterminer l'image d'un objet par une lentille convergente, il est pratique de tracer trois rayons particuliers issus d'un point de cet objet, étant situé hors de l'axe optique.

Ces rayons particuliers sont les suivants :
  • le rayon passant par le centre optique ne subit aucune déviation ;

  • le rayon arrivant parallèlement à l'axe optique émerge de la lentille en passant par le foyer image

  • le rayon passant par le foyer objet émerge parallèlement à l'axe optique.

Après avoir traversé la lentille, ces rayons se croisent en un point qui est l'image de par la lentille.

Le grandissement est défini par le rapport entre la hauteur algébrique de l'image et celle de l'objet : .

  • Si alors l'image est renversée par rapport à l'objet et si , on dit que l'image est droite.
  • Si alors l'image est agrandie par rapport à l'objet.

Éviter les erreurs

Par convention, on considère un axe vertical orienté vers le haut sur les schémas. Ainsi, la hauteur algébrique d'un objet perpendiculaire à l'axe prend une valeur positive () si cet objet est orienté vers le haut et négative () s'il est orienté vers le bas. Il en est de même pour la hauteur de l'image .

C
Modèle réduit de l'œil

L'œil est un système optique complexe mais qui peut se modéliser à l'aide de matériel simple de laboratoire (doc. 7).

➜ Voir l' p. 290

Doc. 7
Modélisation de l'œil réduit

Modélisation de l'œil réduit
Le zoom est accessible dans la version Premium.


Œil réelModèle réduit
IrisDiaphragme
CristallinLentille convergente
RétineÉcran

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.