Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Analyser un sujet de dissertation
P.246-247

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

En vue de la dissertation et de l’explication


Analyser un sujet de dissertation




Méthode

La phase d’analyse du sujet est essentielle pour la réussite de la dissertation et ne doit pas être réalisée dans la précipitation. De cette étape découlent la problématisation et le plan.

Comment mener à bien cette étape ?


1
Analyser les termes du sujet

Aucun des termes du sujet n’est inutile, il faut prendre en compte l’intégralité du sujet. Celui‑ci est constitué de concepts, de notions au programme, de nuances, de verbes et d’interrogatifs. Chaque terme permet de préciser la question exacte posée :
  • définissez les concepts et les notions (ne donnez pas une seule définition mais deux ou trois) ;
  • réduisez le champ de l’interrogation en fonction « des nuances », prêtez attention aux adverbes (toujours, seulement, nécessairement, légitimement, etc.) et aux restrictions (suffit‑il ? n’est‑ce que ? etc.) ;
  • vérifiez qu’aucun terme n’a été oublié ou négligé.


2
Comprendre les inflexions modales

Les verbes modaux (devoir, falloir, pouvoir, etc.) ou les expressions modales (« est‑il possible », « est‑ce nécessaire ») donnent une indication importante sur le type de problématisation. Par exemple, le sujet « Ce qui est naturel peut‑il être mauvais ? » suppose que l’attention soit portée sur la possibilité. Mais cette possibilité est problématique : s’agit‑il du possible au sens d’un accident fortuit, d’une possibilité logique, d’une éventualité morale ? En interrogeant la modalité, le travail de problématisation commence.


3
Faire ressortir le présupposé

On nomme présupposé une idée qu’il faut admettre pour qu’une question se pose. Ainsi, certains sujets de philosophie présupposent une thèse sous-entendue. Par exemple, le sujet « ce qui est naturel a‑t‑il nécessairement plus de valeur que ce qui est artificiel ? » présuppose que :
  • ce qui est naturel se distingue de ce qui est artificiel ;
  • ce qui est naturel a une valeur, ce qui est artificiel a une valeur ;
  • artificiel et naturel sont comparables.

Faire ressortir l’un de ces présupposés dans l’analyse permet de mieux conduire la problématisation.


Après l’analyse des termes, il devient possible de formuler un problème. La problématique permet donc de comprendre pourquoi une réponse immédiate au sujet n’est pas possible. L’analyse a montré qu’il y avait des difficultés à s’emparer du sujet, la problématisation va donc faire ressortir une série de questionnements articulés et proposer des hypothèses de traitement.

Exercice 1

Sujet 1 : Y a‑t‑il des lois de la nature ?


Analyse des termes :

a) Distinguez et donnez plusieurs sens au terme « nature » (au moins deux).

b) En vous aidant d’expressions courantes et/ou de phrases‑exemples, distinguez et donnez deux sens au terme « loi ».


Analyse de la formulation :

c) Déterminez les deux sens possibles de la question impliqués par le génitif « de ».


Formulation de la problématique :

d) À l’aide de vos distinctions et de vos définitions, montrez que cette question peut recevoir deux réponses argumentées et soutenables, mais qui s’opposent en fonction du sens donné aux termes du sujet.


e) Reformulez la question sous la forme d’une alternative, de la manière suivante :
doit-on plutôt penser que ou bien que  ?
Voir les réponses

Exercice 2

Sujet 2 : Peut‑on chasser le naturel ?

Sujet 3 : Doit‑on chasser le naturel ?

Analyse des termes :

a) Retrouvez l’expression commune utilisée dans ces sujets de dissertation et expliquez‑la.

b) Distinguez et donnez plusieurs sens au terme « naturel » (au moins deux).


c) Quelles sont les évocations communes présentes dans le verbe « chasser » ?


Analyse de la modalité interrogative :

d) Comparez les formules interrogatives de ces deux sujets et expliquez l’effet de la variation de la modalité interrogative (peut/doit) sur le traitement du sujet.


e) Analysez la formulation « Peut‑on » et donnez différents sens à la notion de possibilité : vous pouvez vous aider de l’anglais.


Formulation de la problématique :

f) À l’aide de la distinction effectuée à la question e, soulevez le problème qui se pose dans le sujet 2.
Voir les réponses

Exercice 3

Sujet 4 : La nature humaine est‑elle altérée par la culture ?

Analyse des termes :

a) Identifiez et définissez deux sens distincts du verbe « altérer ».

b) Donnez deux ou trois définitions du concept de « culture ».


c) Identifiez et définissez plusieurs sens de l’expression « nature humaine ».


Analyse de la formulation :

d) Dégagez, par l’analyse précise du sens de la question, l’idée implicite qui la rend possible.


e) En quoi ce présupposé est‑il critiquable ?


Formulation de la problématique :

f) À l’aide des distinctions et des définitions faites aux questions a, b et c, formulez un problème sous la forme d’une alternative argumentée, de la manière suivante :
nous avons à première vue de bonnes raisons de penser que car  ; toutefois, il semble que nous ayons également de bonnes raisons de penser que car .

g) Résumez cette alternative sous une forme interrogative, de la manière suivante :
doit‑on plutôt penser que ou bien que  ?

h) Montrez que ce problème est lié au présupposé contenu dans la question et que celle‑ci ne se pose plus dès lors que le présupposé est critiqué.
Voir les réponses

Exercice 4

Sujet 5 : Suffit‑il d’expliquer les phénomènes pour connaître la nature ?

Analyse des termes :

a) Définissez les verbes « expliquer » et « connaître » en mettant en avant leurs différences.

b) Définissez le terme « phénomènes ». En quoi se distingue‑t‑il de « nature » ?


Analyse de la formulation :

c) Analysez la formulation « Suffit‑il » : quelle distinction conceptuelle vous semblerait opératoire pour répondre à une question formulée ainsi ?


Analyse du sens de la question :

d) Pourquoi peut-on considérer que l’explication des phénomènes est insuffisante pour connaître la nature ?


Formulation de la problématique :

e) À l’aide des distinctions et des définitions faites aux questions a, b et c, formulez un problème sous la forme d’une alternative argumentée.


f) Résumez cette alternative sous une forme interrogative, de la manière suivante :
doit-on plutôt penser que ou bien que  ?
Voir les réponses

Exercice 5

Sujet 6 : Ce qui est naturel peut‑il être mauvais ?

Analyse des termes :

a) Identifiez et définissez trois sens distincts de « mauvais ».

b) Donnez deux ou trois définitions de l’adjectif « naturel ».


Analyse de la modalité interrogative :

c) Analysez la formulation « peut‑il » : quel type de possibilité vous semblerait opératoire pour répondre à une question formulée ainsi ?


Analyse du présupposé :

d) Dégagez, par l’analyse précise du sens de la question, l’idée implicite qui la rend possible. En quoi ce présupposé est‑il critiquable ?


Formulation de la problématique :

e) À l’aide des distinctions et des définitions faites pour les questions a, b et c, formulez un problème sous la forme d’une alternative argumentée.
Voir les réponses

Exercice 6

Indiquez, dans les sujets suivants, ce qu’il vous est demandé d’établir : une relation d’équivalence, la valeur d’une restriction, une relation de dépendance, un jugement sur la valeur, une exclusion ou une définition.

Analyse des termes :

a) Respecter la nature, est‑ce renoncer à la transformer ?


b) Ce qui est naturel est‑il normal ?


c) Le pouvoir que nous avons sur la nature repose‑t‑il sur la connaissance de ce qu’elle est ?


d) Le projet de maîtriser la nature est‑il raisonnable ?


e) La culture n’est‑elle qu’une seconde nature ?


f) Qu’est‑ce que vivre conformément à la nature ?


g) Les hommes doivent‑ils choisir entre l’exploitation de la nature et sa protection ?
Voir les réponses

Exercice 7

Sujet 7 : La nature a‑t‑elle des droits ?

Analyse des termes :

a) Définissez les termes « droits » et « nature ».

b) Qu’implique le fait d’avoir des « droits » ?


Analyse du sens de la question :

c) À qui accordons‑nous des droits ?


d) Qui accorde ces droits ?


e) La nature est‑elle une « personne juridique » ?


f) Qui peut représenter la nature ?


Formulation de la problématique :

g) Quel problème apparaît lorsqu’on confronte la nature et une notion juridique comme celle de droit ?


h) Que supposerait un droit de la nature ?


i) Formulez de manière synthétique le problème du sujet.
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.