Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Comment faire l’histoire de la sexualité ?
P.286-287

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

L'ATELIER DE CLIO


Comment faire l’histoire de la sexualité ?





L'enjeu

Les années post-Mai 1968 sont souvent définies comme les années de la « libération sexuelle ». Comment étudier en historien ces évolutions ? Les historiens et historiennes qui cherchent à faire l’histoire de l’amour, du couple, de la sexualité font face à un défi particulier : l’intimité du sujet pousse la plupart des gens à ne pas en parler ouvertement. Il faut alors trouver de nouvelles sources pour cerner cet objet mouvant qu’est l’intimité amoureuse et sexuelle.

Les documents

FACE AUX DOCUMENTS

1
Une chanson érotique

Et aujourd’hui pour une troisième fois

Elle décidait de sa première fois

C’est avec lui qu’elle le voulait

Qu’elle désirait à ce qu’il l’aimait

[...]

Mais trois nuits par semaine

C’est sa peau contre ma peau
Et je suis avec elle

Et trois nuits par semaine

Mais bon Dieu, qu’elle est belle

Mais trois nuits par semaine

C’est son corps contre mon corps

C’est nos corps qui s’enchaînent

Indochine, Trois nuits par semaine, 1985.


2
Une lettre anonyme

3
Un film

J’entends parler de choses qui se font, des jeux sexuels préliminaires à l’acte sexuel proprement dit. Je sais ce qui existe, ce qui se fait, j’ai peur de le faire, je n’ai pas envie, je me demande alors où est la limite de l’érotisme et du vice. [...] Chaque fois que je lis ou que je vois des gens qui s’aiment faire ces gestes-là, je suis comme rassurée. Je me dis « c’est donc vrai que c’est aussi de l’amour et que ce n’est pas dégoûtant ». Pourriez-vous me conseiller un ouvrage à lire qui parle de ces gestes, de ces jeux de l’amour ?

Lettre anonyme adressée par une femme au Planning familial, vers 1975.
Pauline à la plage
Éric Rohmer, Pauline à la plage, 1983.

L’œil de l’historienne

L’histoire de l’intime est une histoire de l’indicible, de l’enfoui — une histoire du secret qui se trame au plus profond des êtres. [...] La société agit sur la sphère intime (par des lois, des normes, des modèles à suivre) et l’intime se nourrit de l’esprit du temps. Mais, tout en intégrant les discours dominants, les individus s’en jouent dans leurs pratiques et leurs représentations amoureuses et sexuelles, contribuant ainsi à faire changer les normes. Il est possible d’étudier des parcours individuels sans les soustraire à leur environnement social et culturel, de retrouver la parole des individus au style direct, non seulement pour apprendre quelles sont leurs pratiques amoureuses et sexuelles, mais surtout pour comprendre comment ils se les représentent, quel sens elles ont pour eux. [...] L’histoire de l’intime s’inscrit à la croisée de l’histoire des femmes et du genre et de l’histoire des sexualités. [...] Les pratiques sexuelles, mais surtout les représentations qui leur sont liées, sont au cœur de cet ouvrage. [...] Des sources permettent d’approcher au plus près le vécu sexuel. [...] Les archives autobiographiques, qui rassemblent les récits autobiographiques écrits ou oraux, les journaux intimes et les correspondances, ont longtemps été négligées. [...] J’ai analysé 247 textes inédits (récits autobiographiques écrits, journaux intimes). Ces textes sont l’œuvre de 216 auteurs, 112 femmes et 104 hommes [...]. J’ai complété ce corpus par l’usage d’autres correspondances non publiées, notamment celles adressées par des anonymes à la célèbre animatrice de radio Meni Grégoire, à Simone de Beauvoir et au Mouvement français pour le Planning familial. [...] Diverses sources littéraires, sonores, audiovisuelles, médicales ont été sollicitées afin de prendre la mesure de ce que les individus ont lu, entendu, vu sur l’intime, et de déterminer quel environnement culturel influe sur eux. [...] Un des slogans de Mai 68 proclame « jouissez sans entraves » ; la révolution sexuelle est au cœur des revendications des jeunes. En 1970, le MLF prône le droit des femmes à disposer de leurs corps. L’union libre et le mode de vie communautaire interpellent le modèle conjugal et familial. La préoccupation pour la sexualité juvénile se vérifie dans l’autorisation de l’éducation sexuelle à l’école en 1973 [...]. De 1965 à 1975, l’intime est exhibé. La littérature et le cinéma érotiques se démocratisent, les chansons d’amour parlent aussi de sexe, les magazines s’emparent des questions sexuelles [...]. L’intimité des individus est analysée au cours d’émissions radiophoniques et, plus rarement, de télévision.


Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses. France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 13-22, p. 237 puis p. 321.

Éclairage

1
Travailler sur la sexualité revient d’abord à étudier des comportements individuels.

L’historienne Anne-Claire Rebreyend explique ainsi que son étude porte sur « les pratiques sexuelles » et « leurs représentations ».

2
Ces pratiques sont toujours en partie définies par le contexte culturel d’une époque donnée, que les historiens cherchent également à étudier.

Les années 1965-1975 sont ainsi marquées par une libération de la parole sur la sexualité, qui se donne notamment à entendre dans les chansons dʼIndochine (doc. 1) ou dans des films comme Pauline à la plage (doc. 3).

3
Pour étudier l’intimité, il faut utiliser des sources très variées.

L’historienne étudie notamment des sources autobiographiques. Les lettres (doc. 2) reflètent l’état d’esprit d’une personne à un moment donné, les questions qu’elle se pose.

Questions

Voir les réponses
1
Qu’est-ce que « l’union libre » et « le mode de vie communautaire » dont parle Anne-Claire Rebreyend ?


2
Quelles chansons ou films ont pu faire scandale à l’époque ?


3
Pourquoi l’historienne écrit-elle que « la société agit sur la sphère intime » ?
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.