Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Thomas Hobbes
P.342

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Biographie


Thomas Hobbes





Thomas Hobbes
1588‑1679

Thomas Hobbes

Sa vie

Thomas Hobbes entre comme précepteur au service de la maison Cavendish, une puissante famille de l’aristocratie britannique. L’époque est bouleversée par les guerres civiles et les tensions religieuses ; Hobbes est contraint de partir sur le continent, notamment en France. C’est lors de cet exil qu’il découvre des pensées nouvelles qui agitent l’Europe savante. Il se passionne pour la géométrie et élabore sa pensée politique. Ainsi, il rédige en 1640 les Éléments de la loi naturelle et politique, où il soutient que le souverain doit détenir un pouvoir absolu. Il se lie avec le philosophe et astronome Gassendi et rencontre Galilée en 1636.

Quand son œuvre principale, le Léviathan, est publiée en 1651, il juge prudent de quitter la France. Sa défense d’un souverain détenteur d’un pouvoir absolu – ce qui inclut qu’il soit chef de la religion d’État – déplaît aux catholiques. Du citoyen est mis à l’index par Rome en 1654. En 1666 (l’année du grand incendie de Londres), craignant d’être accusé d’athéisme et d’hérésie par le Parlement, il brûle ses papiers et renonce à publier des textes de philosophie politique. Plusieurs de ses ouvrages seront décriés ; quatre ans après sa mort en 1683, Du citoyen et le Léviathan sont condamnés par l’université d’Oxford et brûlés.

Sa pensée

Hobbes veut démontrer la nécessité d’une obéissance inconditionnelle au souverain d’un État. Pour cela, il élabore l’hypothèse de l’état de nature, qui doit décrire la situation des hommes sans État civil. C’est un état de guerre généralisé : chacun étant juge en sa propre cause, tous estiment avoir le droit de s’approprier, par la violence s’il le faut, ce qu’ils se représentent, à tort ou à raison, utile à leur existence. Ils doivent donc vivre dans l’anticipation de l’agression d’autrui : dans l’état de nature, il est nécessaire de se méfier de tous.

Dans l’état de nature, les hommes en proie à la peur disposent tout de même d’une raison pour calculer que leur meilleure chance de subsister est un pacte social : chacun promet de renoncer à son droit de nature sur toutes choses, autrement dit de renoncer au droit d’user de la force. Il faudra qu’un seul conserve ce droit de nature : le souverain. Tous les autres lui doivent obéissance. Or, pour Hobbes, cette obéissance doit être inconditionnelle.

S’il faut obéir à un souverain à condition qu’il soit juste, alors chacun jugeant de la justice selon sa fantaisie ou son intérêt, le pacte pourra être rompu ; en effet, le désaccord menacera de dégénérer en discorde, c’est‑à‑dire en guerre civile. Or, la guerre civile est le pire des conflits. Il s’ensuit que le souverain doit détenir le monopole de la politique.

Cela n’implique pas que les hommes dans l’état civil soient sans liberté : par là, tout ce que la loi n’interdit pas est autorisé, par exemple la liberté de commerce. En outre, dans l’état civil, les hommes jouissent de tout le confort dû au progrès de la civilisation.

« La plus parfaite allégresse qui arrive à l’esprit, lui vient de ce qu’il en voit d’autres au‑dessous de soi. »


Œuvres principales

Oeuvres principales de Thomas Hobbes

Dans ce manuel


Autres philosophes à découvrir


Nicolas Machiavel
1469‑1527

Nicolas Machiavel

Retrouvez ici sa biographie.

Blaise Pascal
1623‑1662

Blaise Pascal

Retrouvez ici sa biographie.

John Locke
1632‑1704

John Locke

Retrouvez ici sa biographie.

Max Weber
1864‑1920

Max Weber

Retrouvez ici sa biographie.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.