Texte 4


Maurice Scève, « Le sourcil » (1536)




Éclairage

Le blason est un court poème consacré à l’éloge d’une partie du corps. Ce type de poème était très à la mode au XVIe siècle, notamment à la suite du blason « Du beau tétin » de Clément Marot. On peut parler de contre-blason lorsque le poème fait la satire d’une partie du corps.

◈ Ressource complémentaire


Clément Marot, « Du laid tétin » (1535)


Voici un extrait du contre-blason composé par Marot la même année.

Tétin qui n’a rien que la peau,
Tétin flasque, tétin de drapeau1,
Grand tétine, longue tétasse,
Tétin, dois-je dire besace2 ?
Tétin au grand vilain bout noir
Comme celui d’un entonnoir,
Tétin qui bringuebale à tous coups
Sans être ébranlé ni secoué,
Bien se peut vanter qui te tâte
D’avoir mis la main à la pâte !
Tétin grillé3, tétin pendant,
Tétin flétri, tétin rendant
Vilaine bourbe en lieu de lait.
Le diable te fait bien si laid !

Clément Marot, « Du laid tétin », 1535, orthographe modernisée.

1. Guenilles.
2. Sac de matière souple, jeté sur l’épaule.
3. Raccorni, ridé.

Texte écho
Paul Éluard, « La courbe de tes yeux » (1926)

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Paul Éluard, « La courbe de tes yeux », Capitale de la douleur, 1926 © Éditions Gallimard.

◈ Ressource complémentaire


Clément Marot, « Du beau tétin » (1535)


Voici un extrait du blason composé par Marot en 1535.

Tétin refait1, plus blanc qu’un œuf,
Tétin de satin blanc tout neuf,
Tétin qui fait honte à la rose
Tétin plus beau que nulle chose !
Tétin dur, non pas tétin, voire2,
Mais petite boule d’ivoire,
Au milieu duquel est assise
Une fraise, ou une cerise,
Que nul ne voit, ne touche aussi.
Mais je gage qu’il est ainsi.
Tétin donc au petit bout rouge,
Tétin qui jamais ne se bouge,
Soit pour venir, soit pour aller,
Soit pour courir, soit pour baller3.
Tétin gauche, tétin mignon,
Toujours loin de son compagnon,
Tétin qui porte témoignage
Du demeurant4 du personnage.

Clément Marot, « Du beau tétin », 1535, orthographe modernisée.

1. Jeune.
2. Vraiment.
3. Danser.
4. Du reste.

Portrait de l’actrice et femme de sciences Hedy Lamarr, 1940.
Portrait de l’actrice et femme de sciences Hedy Lamarr, 1940.

Sandro Botticelli, Portrait d'une jeune femme, entre 1480 et 1485
Sandro Botticelli, Portrait d’une jeune femme ou Portrait de Simonetta Vespucci, entre 1480 et 1485, tempera sur bois, 82 × 54 cm, Städel Museum, Francfort-sur-le-Main, Allemagne.
Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
Quels sont les points communs entre les deux poèmes de cette page ?

L’éloge du sourcil

2
Par quelle figure de style le poète met-il le mot « sourcil » en valeur ?


3
Quels pouvoirs sont attribués au sourcil ?


4
Montrez que le poète donne à un détail (le sourcil) une dimension cosmique.


5
Comment lie-t-il le sourcil à une représentation traditionnelle de l’amour à la fin du poème ? Expliquez.


Amour des mots

6
Quel est le destinataire de ce poème ? Donnez plusieurs réponses.


7
Relevez trois jeux de mots dans le poème et expliquez-les.


8
GRAMMAIRE
a. Donnez la nature et la fonction du mot « obscur » (► v. 7).

b. Indiquez l’antécédent et la fonction des pronoms relatifs (► v. 17-22).


9
Selon vous, qui ce poème met-il le plus en valeur ? La femme aimée ou le poète ?


Vers le commentaire

10
Dans quelle mesure ce poème est-il un hommage à la femme aimée ?



ORAL
À votre tour, écrivez un blason puis lisez votre poème devant la classe. Vous pouvez vous enregistrer pour vous entraîner chez vous.

Enregistreur audio