Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Cours
P.433-435

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Chapitre 16


Cours




1
Modes de transfert thermique
 (⇧)


A
Trois modes différents

Les échanges d’énergie par transfert thermique peuvent s’effectuer suivant trois modes d’un système à un autre :
  • la conduction : l’énergie se propage dans un milieu matériel grâce à l’agitation thermique des particules, qui se transmet de proche en proche ;
  • la convection : l’énergie est transportée par les déplacements du fluide lui-même. Elle peut être naturelle si seules la dilatation et la gravité déplacent le fluide ou forcée si le fluide est poussé à se déplacer ;
  • le rayonnement : tout corps porté à une certaine température émet des ondes électromagnétiques qui peuvent augmenter l’énergie interne d’autres corps à distance.

B
Flux thermique et résistance thermique

Le flux thermique correspond au transfert thermique échangé par un système par unité de temps avec l’extérieur :


: flux thermique échangé (W)
: énergie échangée par transfert thermique (J)
: durée de l’échange (s)

Le flux thermique est proportionnel à l’écart de température entre le système étudié et l’extérieur :


: température extérieure (K)
: température du système (K)
: résistance thermique de la paroi (K·W-1)


La résistance thermique est une grandeur qui dépend de l’épaisseur de la paroi, de la surface d’échange, mais également de la nature du matériau considéré.

Exemple :
Pour 1 m2 d’aérogel, la résistance thermique est de l’ordre de 0,6 K·W-1 pour une épaisseur de 1 cm. Une paroi en brique de même épaisseur possède une résistance de 12 mK·W-1. En acier, cette valeur atteint 0,2 mK·W-1.

C
Échange avec une paroi thermostatée

Lorsqu’un fluide est au contact d’une paroi fine thermostatée, le flux thermique conducto-convectif s’exprime en fonction de l’écart entre la température du système et celle de la paroi.

: coefficient de transfert thermique, dit coefficient de Newton (W·m-2·K-1)
: surface d’échange entre le système et la paroi (m2)

Doc. 1
Trois modes de transfert

Trois modes de transfert

Éviter les erreurs

Attention à ne pas confondre le temps et la température.

Utiliser pour les températures exprimées en degré Celsius (°C).

Attention au signe du flux : comme pour le transfert thermique, il est positif quand le système le reçoit.

Doc. 2
Échange thermique

Échange thermique
Le flux thermique échangé à travers une paroi est proportionnel à l’écart de température entre les deux côtés.

Vocabulaire


Flux thermique



Flux thermique : énergie échangée par transfert thermique entre deux systèmes par unité de temps. Son unité est le watt (W).

Pas de malentendu

Il faut faire attention aux valeurs de , car chaque cas étudié a son propre coefficient . Il dépend du mouvement du fluide, de la turbulence, de la rugosité et de la géométrie de la paroi.
Un écart de températures exprimées en degré Celsius (°C) est égal à l’écart de ces mêmes températures exprimées en kelvin (K).

2
Bilan radiatif de la Terre
 (⇧)


A
Loi de Stefan-Boltzmann

Tout corps à température émet un rayonnement électromagnétique. La loi de Stefan-Boltzmann permet d’établir une relation entre le flux thermique surfacique émis et la température  :

: flux thermique surfacique émis par un corps (W·m-2)
: constante de Stefan-Boltzmann égale à W·m-2·K-4
: température du corps (K)

B
Bilan radiatif terrestre

Le rayonnement solaire parvenant jusqu’à la Terre est sa source principale d’énergie thermique. Comme la température moyenne de la surface de la Terre est stable au fil des ans, cela signifie que la surface reçoit en moyenne autant d’énergie qu’elle en émet vers l’espace par son propre rayonnement.

Bilan radiatif terrestre

La Terre reçoit un rayonnement solaire dont le flux thermique surfacique moyen est de l’ordre de W·m-2. Environ % de ce rayonnement est réfléchi sans être absorbé par l’atmosphère : cette proportion est appelée albédo.

Plus l’albédo est élevé, plus le rayonnement solaire est réfléchi et moins la surface de la Terre reçoit d’énergie thermique. Si une partie du rayonnement émis par la Terre n’était pas absorbée par l’atmosphère (principalement dans le domaine des infrarouges), la température à la surface serait d’environ -18 °C. Cette absorption essentiellement due à la présence d’eau et de dioxyde de carbone dans l’atmosphère s’appelle l’effet de serre.

Cet effet de serre naturel permet à la surface de la Terre de récupérer une partie de l’énergie qu’elle rayonne, contribuant ainsi à son réchauffement jusqu’à une température moyenne de 15 °C.

➜ Activité 3

Retrouvez une vidéo explicative sur l’albédo en cliquant ici.

Doc. 3
Rayonnement

Rayonnement

Tout corps émet un rayonnement. Plus la température est élevée, plus la longueur du maximum d’intensité émise est déplacée vers les courtes longueurs d’onde.

Éviter les erreurs

Ne pas oublier que la puissance solaire reçue au niveau du sol est une moyenne sur toute la surface de la Terre sur 24 h.

Vocabulaire


Albédo

Effet de serre



Albédo : part du rayonnement solaire réfléchi par la Terre. Il entraîne une diminution de l’énergie reçue par la surface.

Effet de serre : phénomène atmosphérique permettant l’absorption d’une partie du rayonnement électromagnétique émis par la surface de la Terre. Cet effet contribue à diminuer l’énergie émise par la surface de la Terre vers l’espace.

Doc. 4
Activité humaine

Activité humaine

Avec les développements industriels de ces deux derniers siècles et la surconsommation, l’humanité a libéré dans l’atmosphère une quantité importante de gaz à effet de serre. Ces gaz contribuent au réchauffement global et au dérèglement climatique.

3
Bilan thermique
 (⇧)


A
Bilan d’énergie

Lorsqu’un système incompressible de température échange uniquement de l’énergie avec une paroi thermostatée à une température , le premier principe de la thermodynamique s’écrit :
En dérivant par rapport au temps cette égalité, on peut établir que :
La dérivée de l’énergie interne par rapport au temps est égale au flux thermique. Au contact d’un thermostat et sans changement d’état du système, tout peut s’exprimer en fonction de la seule variable , la température du système. En utilisant la capacité thermique massique  :
On obtient :
De même, le flux thermique, si on ne tient compte que du transfert conducto-convectif, s’exprime avec la loi de Newton :
Ainsi, l’équation devient :
Cette équation est une équation différentielle. La variation de température d’un système au cours du temps est proportionnelle à la différence de température entre le système et le thermostat.

B
Résolution de l’équation différentielle

L’équation différentielle précédente peut s’écrire sous la forme :
La grandeur désigne le temps caractéristique d’évolution de la température. Dans le cas où est indépendant de la température , les solutions de cette équation différentielle sont de la forme

Si on note la température initiale du système étudié et celle du thermostat, alors la température en fonction du temps a pour expression :

Doc. 5
Système en contact avec un thermostat

Système en contact avec un thermostat

Éviter les erreurs

Attention au signe du flux thermique . Ici, si la température du thermostat est plus forte, le flux est positif, car le système reçoit de l’énergie.

Doc. 6
Refroidissement

Refroidissement

Au terme de , la variation de température a atteint 99 % de la valeur attendue .

Vocabulaire


Thermostat



Thermostat : système échangeant de l’énergie thermique, mais dont la température ne varie pas.

Pas de malentendu

Pour vérifier que l’expression de est correcte, il faut se souvenir que la masse et la capacité thermique augmentent (le système met plus de temps à se réchauffer). Au contraire, tout ce qui augmente le flux thermique diminue .
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.