Couverture

Physique-Chimie 1re

Feuilleter la version papier




















Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


TRAVAILLER AUTREMENT
HISTOIRE DES SCIENCES



La sérendipité en chimie




A.
La sérendipité, ou l’exploitation du hasard

La sérendipité correspond à une découverte ou une invention faite par hasard, alors qu’on cherchait autre chose. La plupart des découvertes ou inventions ne relèvent pas de la sérendipité ; elles sont l’aboutissement d’un travail de recherche organisé, construit, dans lequel la chance vient parfois accélérer le processus. Mais plusieurs cas célèbres de sérendipité parcourent l’histoire de la chimie.

Cependant, aucune découverte ne peut se faire sans réflexion, sérendipité ou pas. Le génie des inventeurs et des chercheurs est de parvenir à comprendre l’importance de leur découverte fortuite, et de l’exploiter. Ainsi, en découvrant une pièce d’or, il faut pouvoir réaliser la portée de cette découverte : si le métal précieux n’est pas identifié ou si la pièce est ramassée sans plus de questions, alors le trésor enfoui ne pourra pas être découvert.


Alexander Fleming
Alexander Fleming a découvert par « hasard » la pénicilline, antibiotique qui a révolutionné les soins, en 1928.

B.
Découverte de la mauvéine

Le premier colorant de synthèse fut découvert par hasard par le jeune William Perkin (1838-1907). En 1856, âgé de seulement 18 ans, Perkin est l’assistant du Pr Hoffmann à l’université de Londres. Durant des vacances, il tente de synthétiser la quinine (médicament contre le paludisme) à partir d’aniline. Au lieu de la quinine désirée, il obtient un résidu noir qu’il aurait dû jeter… mais il remarque que, dilué dans l’alcool, le résidu donne une teinte violette. Perkin teste sa molécule, qui se révèle capable de teindre les tissus, et réalise qu’il peut la commercialiser. Il perfectionne le procédé pour le transposer à l’échelle industrielle, à partir de réactifs peu coûteux et fait fortune avec sa mauvéine.

À la suite de cette découverte, de nombreux chimistes de tous les pays tentent à leur tour de mettre au point de nouveaux colorants. L’engouement est tel que, vers 1900, de nombreuses teintes sont déjà disponibles à l’échelle industrielle, ce qui ruine les producteurs de plantes tinctoriales (garance, indigo, etc.).


 Arthur Fry
Arthur Fry.


 William Perkin
Arthur Stockdale Cope, Sir William Henry Perkin, 1906, huile sur toile.

C.
Le Post-it


Spencer Silver (1941- ) est un chimiste américain employé, dans les années 1970, par la société 3M, qui commercialise des adhésifs. En cherchant à mettre au point une colle très puissante, Silver aboutit à une colle… qui ne colle pas ! Comme le veut la tradition de l’entreprise, il fait part de sa découverte à ses collègues, au cas où cela puisse servir à quelqu’un.

Arthur Fry (1931- ), autre chercheur chez 3M, entend parler de cette drôle de colle et l’essaie pour fixer les marque-pages de son livre de chants. Satisfait du résultat, il parvient à convaincre le service commercial de l’intérêt de cette découverte : le Post-it deviendra l’un des produits les plus rentables de la marque 3M.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?