Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Fiche grammaire

23 - La modalisation, l'implicite et l'explicite

DYS

a. La modalisation

  • Un énoncé peut être objectif (neutre) ou subjectif (traduisant un point de vue).
> Cette robe est rouge. (constat objectif)
> Cette robe est magnifique/horrible. (points de vue subjectifs)
> Les otages ont été libérés. (c’est un fait)
> Les otages auraient été libérés. (le locuteur montre qu’il n’en est pas certain)
  • La modalisation est le fait d’introduire de la subjectivité dans ce que l’on dit, en faisant part d’un sentiment de doute ou de certitude, d’un jugement de valeur, etc. Pour cela, on emploie des modalisateurs.

Expression du doute ou de la certitude
Les modalisateurs exprimant le doute peuvent être :
  • des adverbes comme peut-être, sans doute, etc.
  • des verbes comme sembler, paraitre, avoir l’impression, etc.
  • des expressions comme à mon avis, selon moi, etc.
  • l’emploi du conditionnel ou de phrases interrogatives.
Les modalisateurs exprimant la certitude peuvent être :
  • des adverbes comme certainement, sans aucun doute, etc.
  • des verbes comme assurer, affirmer, etc.

Jugement de valeur
Les modalisateurs exprimant un jugement péjoratif (négatif) peuvent être :
  • des suffixes péjoratifs comme -âtre ou -ard (verdâtre, criard, etc.)
  • un lexique péjoratif (laid, grossier, mauvais, hypocrite, hélas, etc.)
  • des figures de style comme la métaphore, la comparaison, l’hyperbole, etc.
> [Elle] a, par exemple, la barbe grise, un bouquet de poils ici, [...], et de tous côtés des poireaux comme des groseilles qui ont l’air de bouillir sur sa figure. (J. Vallès, L’Enfant, 1878)
Les modalisateurs exprimant un jugement mélioratif (positif) peuvent être :
  • un lexique mélioratif (beau, brillant, par bonheur, etc.)
  • des adjectifs au superlatif (le meilleur, le plus drôle, etc. )
  • des figures de style comme l’hyperbole ou la comparaison.
Michel Strogoff était de haute taille, vigoureux, épaules larges, poitrine vaste. (J. Verne, Michel Strogoff, 1876)

(Voir p. 426 pour la formation des mots
et p. 433 pour les figures de style)

b. L'implicite et l'explicite

Un discours est explicite quand le locuteur dit clairement ce qu’il pense.
> Il fait froid. Peut-on fermer la fenêtre ?
Un discours est implicite quand le locuteur ne dit pas directement ce qu’il pense.
> Ne trouvez-vous pas qu’il fait froid dans cette pièce ? 
Le locuteur fait comprendre implicitement qu’il souhaite qu’on ferme la fenêtre.

REMARQUE : L’ironie joue sur l’implicite.
> Quelle habileté ! (à quelqu’un qui vient de faire tomber quelque chose)
Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?