Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

27 - La cohérence du texte : thème et propos
P.288

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Fiche grammaire


27 - La cohérence du texte : thème et propos





Observer

Voir les réponses

Exercice 1

A. Félicie lui sembla bien conservée. Sa peau paraissait lisse. Ses joues étaient roses et fraîches. Ses cheveux formaient des bandeaux noirs qui encadraient son visage.

B. Félicie trônait au centre de la boutique. Elle recevait l’argent des clientes qui défilaient devant sa caisse. Elle prenait le temps d’échanger quelques mots avec chacune.


D’après É. Zola, Jacques Damour, 1880.


1
Selon vous, pourquoi appelle-t-on « thème » les mots en gras ?



2
Dans quel exemple le thème est-il le même d’une phrase à l’autre ?



3
Dans quel exemple le thème est-il décomposé en plusieurs catégories ?

Voir les réponses

Leçon

Le thème et le propos

Quand un locuteur parle, il doit faire progresser son texte ou son discours. On nomme thème ce dont on parle, et propos ce qu’on dit de nouveau par rapport au thème. > Mon grand-père (thème) aime raconter des histoires qui font peur. (propos) Le thème est souvent le sujet grammatical de la phrase. Un locuteur peut choisir entre trois types de progressions pour faire avancer son texte.

La progression à thème constant
Le même thème est repris d’une phrase à l’autre (à l’aide d’une reprise nominale ou pronominale), mais avec un propos différent. > Mon grand-père (thème) aime raconter des histoires qui font peur. (propos)
> Il (thème) semble se délecter de l’effroi qui se lit sur mon visage. (propos)
La progression à thème linéaire
Le propos d’une phrase devient le thème de la phrase suivante. > Mon grand-père (thème) aime raconter des histoires qui font peur. (propos)
> Ses histoires traitent souvent de revenants, de fantômes et d’animaux fantastiques. Le propos de la phrase précédente devient le nouveau thème.

La progression à thème éclaté
Un thème central est choisi et les thèmes de chaque phrase représentent un élément particulier de ce thème choisi. > Le visage de mon grand-père (thème) s’anime lorsqu’il parle.
> Ses yeux (thème 1) se plissent de plaisir, son nez (thème 2) frémit et ses lèvres (thème 3) s’étirent en un fin sourire à peine perceptible.

S'exercer

Voir les réponses

Exercice 2

Consigne
Pour chaque ensemble de phrases, précisez quelle progression thématique est employée.

1. La forêt terrorisait Cosette. De grands branchages s’y dressaient affreusement. Des buissons chétifs et difformes sifflaient dans les clairières. Les hautes herbes fourmillaient sous la bise comme des anguilles.

2. Thénardier était un homme petit, maigre, blême, osseux. Il souriait habituellement par précaution. Il était poli avec tout le monde. Il avait le regard d’une fouine.


D’après V. Hugo, Les Misérables, 1862.


Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

Consigne
Réécrivez ce portrait en utilisant une progression à thème éclaté.

C’était un homme de taille moyenne, trapu et robuste, dans la force de l’âge. Il portait une casquette à visière de cuir rabattue qui cachait en partie son visage brulé par le soleil. Il était vêtu d’une chemise de grosse toile jaune qui laissait voir sa poitrine velue. Il avait un pantalon de coutil bleu usé et râpé, blanc à un genou, troué à l’autre. Il portait une vieille blouse grise en haillons, rapiécée à l’un des coudes.


Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.