Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Exprimer la comparaison
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Fiche grammaire


Exprimer la comparaison





Leçon

La proposition subordonnée circonstancielle de comparaison

  • Bien qu’elle n’apporte pas d’information sur les circonstances dans lesquelles se déroule l’action exprimée par le verbe principal, la proposition subordonnée comparative est considérée comme une proposition subordonnée circonstancielle. Elle occupe la fonction de complément circonstanciel de comparaison.
  • Elle est introduite par une conjonction de subordination (comme, de même que, ainsi que ou tel(s) que/telle(s) que) ou par les tournures plus … que, moins … que, aussi… que.
> Il ment comme il respire. > Je reste telle que tu m'as toujours connue. Remarque : Les tournures marquant la différence (introduites par plus … que, moins … que) sont suivies d’un ne explétif sans valeur négative. > Il est plus âgé que tu ne le crois. (= Tu le crois plus âgé). Attention :
    • Le verbe conjugué est parfois élidé (sous-entendu).
> Il réagit comme un enfant. (= Il réagit comme réagit un enfant.)
    • Comme est une conjonction qui peut aussi exprimer la cause (Comme la nuit tombe, les lumières s'allument.) ou l’exclamation (Comme tu es beau !). 

Autres types d’expression de la comparaison

Il existe d'autres moyens pour exprimer une comparaison.
  • Un verbe, comme ressembler à, avoir l’air de...
> Je ressemble à ma grande sœur.
  • Un adjectif comme semblable(s) à, tel....
>  Les numéros étaient semblables à ceux qu'il avait relevés.

S'exercer

Voir les réponses

Exercice 1

Consigne
Relevez les propositions subordonnées circonstancielles de comparaison de chaque phrase.

  1. Nous avons joué la pièce comme si le public était là.
  2. Chacun a joué son rôle ainsi qu’il le jouerait le soir de la représentation.
  3. Les comédiens jouent ce soir tels qu’ils joueront lors de la première représentation publique.
  4. Chaque comédien fait le voeu de jouer lors de la première.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2

Consigne
Imaginez des comparaisons en rédigeant quatre phrases à partir des propositions ci-dessous.
  1. Sa barbe/un ours (ressembler à).
  2. Son père/Isidore (de même que).
  3. L’espion/invisible (comme si).
  4. Un aventurier/je (tel).

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

Consigne
Complétez les phrases suivantes avec l’adjectif « tel », en veillant à bien accorder celui-ci avec le nom auquel il se rapporte.

La maison des voisins est décorée de guirlandes lumineuses  un sapin de Noël.
Marc exécute toutes ces tâches routinières sans réfléchir,  un robot.
Les enfants ont surgi du placard  des diablotins.
Les trottoirs, recouverts de neige, glissent  une patinoire.
Ils ont laissé la cuisine pleine de vaisselle sale et de bouteilles,  un champ de bataille.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4

Consigne
Indiquez ce qu’expriment les mots en gras introduits par le mot comme : la comparaison, la cause ou une exclamation.

  1. Comme il ne fait pas beau aujourd’hui, il ne pourra pas s’entrainer.
  2. Comme il est doué pour la course !
  3. Il court comme une gazelle.
  4. Comme son père avant lui, il rêve de devenir un athlète renommé.
  5. Comme il est passionné par la course, il s’entraine quotidiennement.
  6. Il court comme s’il avait le diable aux trousses !

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 5

DNB, France métropolitaine, juin 2008. Lisez l’extrait ci-contre et répondez aux questions en rédigeant vos réponses.

Une après-midi, à la récréation de quatre heures, le grand Michu me prit à part, dans un coin de la cour. Il avait un air grave qui me frappa d’une certaine crainte ; car le grand Michu était un gaillard, aux poings énormes, que, pour rien au monde, je n’aurais voulu avoir pour ennemi. – Écoute, me dit-il de sa voix grasse de paysan à peine dégrossi1, écoute, veux-tu en être ? Je répondis carrément : « Oui ! » flatté d’être de quelque chose avec le grand Michu. Alors il m’expliqua qu’il s’agissait d’un complot. […] Aussi, pendant que le grand Michu parlait, étais-je en admiration devant lui. Il m’initia d’un ton un peu rude, comme un conscrit2 dans l’énergie duquel on a une médiocre confiance. Cependant […], l’air d’extase enthousiaste que je devais avoir en l’écoutant finit par lui donner une meilleure opinion de moi.


Émile Zola, Le Grand Michu, 1874


1
Dans le contexte de la phrase en gras, expliquez le sens du verbe « initier ».



2
Quelle figure de style est utilisée dans la phrase en gras ?



3
Expliquez le rapport qu’elle établit entre les deux personnages.

Voir les réponses

Écrire

Voir les réponses

Exercice 6

Imaginez un dialogue entre deux amis qui comparent deux sports (de votre choix).

Consigne
Vous respecterez la ponctuation du dialogue. Vous varierez les moyens d’exprimer la comparaison : plus que, moins que, comme, ressembler à, semblable à, tel, tel que, etc. Votre dialogue comptera six à huit répliques.

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.