Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

18 - Les propositions subordonnées complétives
P.294-295

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Fiche grammaire


18 - Les propositions subordonnées complétives





Réviser

Voir les réponses

Exercice 1

Les parents d’Élisa veulent qu’elle passe son permis de conduire cette année car ils aimeraient qu’elle puisse être indépendante dans ses déplacements. Élisa se demande si elle aura le temps de se consacrer à cet examen.


1
Relevez les COD des verbes en gras. Quelle est leur classe grammaticale ?



2
Par quels mots les groupes de mots que vous avez relevés sont-ils introduits ?

Voir les réponses

Leçon


  •  Une proposition subordonnée complétive a en général pour fonction d’être COD du verbe de la proposition principale.
  •  Elle fait donc partie du groupe verbal et ne peut pas être supprimée.
  •  On peut distinguer les propositions subordonnées conjonctives en que, les subordonnées interrogatives et les subordonnées infinitives.  

La proposition subordonnée conjonctive en « que »

  • Elle est introduite par la conjonction de subordination que.
  • Elle est généralement COD d’un verbe de pensée (penser, estimer, etc.), de sentiment (aimer, apprécier, etc.), de perception (voir, entendre, etc.), de parole (dire, répondre, etc.) ou encore d’un verbe impersonnel (il arrive…, il faut…).
  • Plus rarement, elle peut aussi être :
    • sujet   
    > Qu’il soit désolé ne change rien.
    • COI   
    > Je doute qu’il s’excuse.
    • attribut du sujet   
    > Mon souhait est que tu viennes.
  • Le verbe est généralement à l’indicatif. Cependant, le mode subjonctif est utilisé :
    • lorsque la principale exprime une incertitude (doute, souhait, crainte, regret)
    > Je doute qu’il vienne.
    • lorsque la principale est à la forme négative ou qu’elle pose une question
    > Je ne crois pas qu’il vienne.   
    > Crois-tu qu’il vienne ?
    •  lorsque la complétive est sujet   
    > Qu’il fasse froid ne me dérange pas.

(Voir p. 274 pour le mot que,
et p. 279 pour les compléments essentiels du verbe)

La proposition subordonnée infinitive

  •  La proposition infinitive est un type spécial de subordonnée conjonctive. Elle dépend d’une proposition principale mais elle n’est pas introduite par un mot subordonnant.
  •  Elle s’organise autour d’un verbe à l’infinitif qui a son propre sujet (différent de celui de la principale).
  >  Il regarde [les joueurs s’entrainer].
  (proposition principale + proposition subordonnée infinitive)
  >  Il aime s’entrainer.
  Il s’agit d’une phrase simple, s’entrainer n’a pas son propre sujet.
  •  Elle est COD de verbes de perception (entendre, voir, etc.) ou de verbes comme emmener, envoyer, conduire.

La proposition subordonnée interrogative indirecte

  • Elle complète un verbe exprimant l’interrogation (se demander) ou l’ignorance (ignorer, ne pas savoir).
  • Elle peut exprimer une interrogation totale ou partielle :
    • l’interrogation totale est introduite par la conjonction de subordination si.
    > Je me demande [si elle viendra].
    • l’interrogation partielle est introduite par un mot interrogatif comme où, quand, comment, combien, pourquoi, lequel, etc.
    >  Je me demande [qui sera là].
    > J’ignore [combien nous serons].


(Voir p. 290 pour les types et formes de phrase, et p. 275 pour les mots de subordination)

Vérifier

Voir les réponses

Exercice 2

Ai-je bien compris la leçon ?

1
Les subordonnées complétives complètent généralement un nom.







2
Elles occupent toujours la fonction de COD.







3
Elles ne peuvent pas être supprimées.







4
Lorsqu’un verbe à l’infinitif est suivi d’un complément, on parle de proposition subordonnée infinitive.







5
Pour qu’il y ait une proposition infinitive, il faut que l’infinitif ait un sujet différent du verbe principal.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

Je reformule la leçon.

1
Réduisez la page et, par deux, résumez la leçon selon la forme qui vous convient (carte mentale, tableaux, phrases, etc.).



2
À partir de vos notes, expliquez la leçon à l’oral.



Voir les réponses

S'exercer

Voir les réponses

Exercice 4

Consigne
Indiquez la fonction grammaticale des propositions subordonnées complétives en gras.

1. La vérité est qu’il a menti sur son identité.
2. Dans ce cas-là, qu’il soit nommé invité d’honneur pose problème.
3. Nous estimons qu’il mérite tout de même une seconde chance.
4. Chacun s’attendait à ce que le patron reste campé sur ses positions.
5. Et pourtant, ce dernier accepte que l’usurpateur garde son titre pour la soirée.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 5

Consigne
Chaque phrase ci-dessous contient une proposition subordonnée complétive. Relevez-la et précisez s’il s’agit d’une conjonctive en « que », d’une interrogative indirecte ou d’une infinitive.

1. Je ne sais pas à quelle heure il sera là.
2. Je lui avais pourtant bien demandé s’il pouvait se libérer.
3. Je ne crois pas qu’il puisse avoir oublié notre rendez-vous.
4. Que sa présence soit obligatoire est évident !
5. Tous les grands patrons s’attendent à ce qu’il vienne ce soir.
6. J’entends des pneus crisser : c’est sûrement lui.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 6

Consigne
Identifiez puis justifiez le mode des verbes employés dans les propositions en gras.

1. Un journaliste indique qu’il s’agit d’un canular ; la célèbre chanteuse n’est pas morte.
2. Le public souhaite qu’elle fasse une brève apparition dans les médias.
3. Son agent regrette que ces rumeurs aient été prises au sérieux !
4. Croyez-vous qu’ils sachent d’où sont parties ces rumeurs ?
5. Je ne pense pas que la chanteuse vienne à Paris à la date prévue.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 7

Consigne
Indiquez pour chaque phrase si les mots en gras constituent une proposition subordonnée relative ou une proposition subordonnée complétive. Justifiez vos réponses.

1. Le peintre, qui joue les équilibristes sur ses échafaudages, remet à neuf la façade d’un vieil immeuble.
2. Il imagine que les couleurs de l’arc-en-ciel égaieront les rues grises du quartier.
3. Les habitants de l’immeuble, que le peintre salue à travers les fenêtres, sont contents de voir leur immeuble sous un nouveau jour.
4. Tous attendent avec impatience que les travaux se terminent.

Voir les réponses

Ex. 7 En équilibre

Voir les réponses

Exercice 8

Consigne
Indiquez pour chaque phrase si les mots en gras constituent une proposition subordonnée relative ou une proposition subordonnée interrogative indirecte. Justifiez vos réponses.

1. Chacun voulait savoir qui avait gagné le premier prix.
2. Le gagnant, qui arrivait du fond de la salle, était pour le moment caché par la foule.
3. Tous ceux qui se demandaient comment se nommait l’heureux gagnant allaient enfin pouvoir satisfaire leur curiosité.
4. Tous ceux qui se demandaient comment se nommait l’heureux gagnant allaient enfin pouvoir satisfaire leur curiosité.
5. On finit par distinguer au loin un homme de taille moyenne, qui portait un costume sombre.

Voir les réponses

Écrire

Voir les réponses

Exercice 9

Consigne
Choisissez l’un des thèmes suivants, puis écrivez un court texte argumentatif pour défendre votre point de vue.
  • Faut-il limiter l’usage du téléphone portable pour les enfants, comme le préconise l’Agence de sécurité sanitaire ?
  • Faut-il supprimer l’apprentissage de l’écriture manuscrite à l’école, au profit de l’écriture numérique ?
  • Faut-il obliger les jeunes à lire ?

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.