Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Montesquieu - Exclusivité numérique
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Exclusivité numérique
Biographie


Montesquieu





Montesquieu
1689 - 1755

Montesquieu

Sa vie

Montesquieu, de son vrai nom Charles-Louis de Secondat, est né le 18 janvier 1689 au château de La Brède, près de Bordeaux. Issu de la noblesse provinciale et fils de magistrats, il perd sa mère à 7 ans et poursuit des études de droit avant de devenir conseiller au parlement de Bordeaux en 1714. Il épouse l’année suivante Jeanne de Lartigue, jeune noble protestante, dont il aura un fils.

Il hérite de la fortune de son oncle et de sa charge de président à mortier en 1716 qu’il revend pour régler ses problèmes d’argent. Passionné par les sciences, il entre à l’Académie des Sciences de Bordeaux la même année et réalise diverses expériences en anatomie, botanique et physique, dont il rendra compte dans trois traités scientifiques.

Il s’installe à Paris en 1721, s’intéresse alors à la politique et publie anonymement les Lettres persanes en 1721 à Amsterdam. Montesquieu est cependant rapidement identifié comme l’auteur de cet ouvrage qui signe le début de sa renommée littéraire et lui permet d’accéder aux salons parisiens. Il est élu à l’Académie française en 1728.

Il quitte alors Paris pour voyager à travers Europe, en Autriche, en Hongrie, en Italie, en Allemagne, en Hollande et en Angleterre. Ce voyage durera trois ans, jusqu’en 1731, et influencera sa pensée politique et sociale, que ce soit dans son analyse des régimes politiques ou dans l'élaboration de sa théorie des climats.

De retour au château de la Brède en 1732, il se consacre à l’écriture. Son œuvre majeure, De l'esprit des lois, est publiée en 1748, de façon anonyme à Genève, pour échapper à la censure. L’ouvrage rencontre un succès considérable bien qu’il soit mis à l’index par l'Église catholique. Montesquieu meurt le 10 février 1755 à Paris.

Sa pensée

De l’Esprit des lois constitue l’aboutissement de la pensée philosophique de Montesquieu. Somme de trente et un livres, cet ouvrage regroupe l’ensemble de ses observations et de ses réflexions sur la politique et la société.

La première partie est consacrée à l’analyse des types de gouvernement : république, monarchie et despotisme. Si la république est animée par la vertu, passion de l’égalité, la monarchie est animée par la passion de l’honneur. Enfin, le despotisme, bien qu’il soit paradoxalement égalitaire – l’égalité de tous dans l’impuissance – est animé par la crainte. S’opposent ainsi les gouvernements sains (qu’ils soient monarchiques ou républicains), garants de la liberté, et les gouvernements dégénérés, c’est-à-dire despotiques. La monarchie peut ainsi être un gouvernement sain si elle est régulée par une Constitution, comme en Angleterre.

Le livre XI analyse la nature de la liberté et conclut sur la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, nécessaire pour limiter les abus de pouvoir, dans la mesure où « tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ». La réflexion de Montesquieu permettra ainsi de faire de la séparation des pouvoirs l’un des principes fondateurs de la démocratie.

Dans les livres XIV à XVIII, Montesquieu présente sa théorie des climats. Les qualités et les comportements des individus seraient influencés par les conditions climatiques, les habitants des pays chauds seraient ainsi plus passionnels et moins vertueux que ceux des pays nordiques.

Montesquieu se livre également à une critique virulente de l’esclavage par le biais de l’ironie. Il dénonce notamment les mécanismes racistes qui justifient la traite des Noirs et l’attitude hypocrite des esclavagistes qui se prétendent chrétiens.

Les idées de Montesquieu ont eu une influence notable sur les auteurs de la Constitution américaine et ont contribué au développement du libéralisme politique, qui fixe des limites à l’action de l’État. L’ensemble de son œuvre a nourri la réflexion de ses contemporains et de ses successeurs sur les droits de l’homme et sur l’importance des contre-pouvoirs.

« Il n'y a point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. »


Œuvres principales

Œuvres principales de Montesquieu
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.