Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Sénèque - Exclusivité numérique
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Exclusivité numérique
Biographie


Sénèque





Sénèque
4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.

Sénèque

Sa vie

Sénèque est un philosophe romain stoïcien, dont le nom latin est Lucius Annaeus Seneca. Il est également dramaturge, auteur de pièces de théâtre tragiques notamment, comme Œdipe, Médée et Phèdre, qui vont inspirer des dramaturges français de l’époque classique (XVIIe siècle) tels que Racine. Il se fait connaître également comme homme d’État, puisqu’il a conseillé différents empereurs à la Cour impériale.

Sa famille est originaire du Nord de l’Italie et il arrive à Rome enfant, où il reçoit une excellente éducation. Après un séjour en Égypte où il se fait soigner suite à une grave maladie, sa carrière commence à la cour en 31 av. J.-C., auprès de l’empereur Claude.

En raison des intrigues menées par Messaline, la troisième épouse de l’empereur Claude, il doit partir en exil en Corse, mais revient après la mort de celle‑ci. Il devient le célèbre précepteur de Néron qu’il conseille de manière décisive. En 58, il est condamné pour sa richesse immense et sa tentative de débaucher des femmes, mais s’en tire sans souci majeur. On prétend qu’il a contribué à l’assassinat d’Agrippine, mère de Néron, en 59. Il tombe toutefois en disgrâce auprès de Néron en 62, au point que ce dernier tente alors en vain de le faire empoisonner. En 65, Sénèque se voit impliqué involontairement dans la conjuration de Pison et est obligé de se donner la mort.

Son suicide est spectaculaire. Déjà âgé, il s’ouvre les veines des bras et des jambes, mais comme la mort tarde à venir, il se plonge dans un bain bouillant. On raconte qu’il continua de dicter des textes à ses secrétaires pendant sa lente agonie.

Sa pensée

Sénèque illustre la philosophie stoïcienne qui est une sagesse. Dieu, ou la nature, ou le destin sont, selon Sénèque, présents dans toutes les parties du monde et le gouvernent entièrement.

Le sage doit imiter Dieu en étant exempt de craintes. Par la vertu, il doit s’élever au-dessus des misères et les combattre. Il est difficile d’être un sage, mais toujours possible de se mettre en chemin vers la sagesse.

Pour atteindre l’absence de trouble, ou ataraxie, le sage doit rendre son âme inaccessible à toute passion, qu’il s’agisse de la peine, de la crainte, du désir ou du plaisir. Le sage stoïcien doit les supprimer et se rendre insensible à elles. Il le peut par la vertu, ou par la raison, en évitant l’écart que constitue toute passion. Certaines affections demeurent bonnes, par exemple la joie, la défiance face à toute situation et l’aspiration au souverain bien. Mais le sage doit dans l’idéal ne ressentir ni joie, ni désir, ni crainte. Car il ne s’effraie pas des maux qui font habituellement frémir le commun des mortels et il se détache de tout ce que le commun des mortels appelle biens, qu’il s’agisse de richesses, de dignités, ou d'autres titres de possession.

Le bien et le mal ne doivent être compris que comme bien et mal moraux. Si l’on ne se nuit pas à soi-même, on n’a aucune raison de ressentir une quelconque nuisance. Le sage est même libre d’échapper à la déchéance de la vieillesse par le suicide.

Dans les Lettres à Lucilius, Sénèque invite son interlocuteur à renoncer à la course aux honneurs, aux dignités, aux emplois, à toute préoccupation étrangère à la sagesse, voire de renoncer à la vie s’il le faut, par exemple si la fortune a tourné. Il l’invite à une sobriété choisie, heureuse, car le pauvre a moins de sujets d’inquiétude que le riche, dont le bonheur est factice. Se satisfaire du nécessaire et viser l’autosuffisance sont les moyens les plus sûrs de se rendre heureux.

On peut souligner que le stoïcisme de Sénèque encourage plus à se rendre indifférent à tout qu’il n’enseigne véritablement l’usage que l’on peut faire de sa vie. Son œuvre invite davantage à une série d’exercices pratiques qu’elle n’offre une théorie morale ou un système complet.

« Ce n’est pas parce que les choses nous paraissent difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles. »


Œuvres principales

Œuvres principales de Sénèque
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.