Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Wittgenstein Ludwig - Exclusivité numérique
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Exclusivité numérique
Biographie


Ludwig Wittgenstein





Ludwig Wittgenstein
1889 - 1951


Sa vie

Ludwig Wittgenstein est né à Vienne, en Autriche, en 1889. Sa famille est cultivée et s'intéresse particulièrement à la musique. Cependant le suicide de trois de ses frères est un drame qui le marque durablement. Il fait des études d'ingénieurs, et s’intéresse à la logique mathématique, puis il suit les cours de Bertrand Russell, à partir de 1911.

Engagé volontaire dans l'armée de son pays dès le début du premier conflit mondial, il termine la rédaction de son Tractatus logico-philosophicus peu avant d'être fait prisonnier en Italie.

Rentré en Autriche en 1920, il devient instituteur en milieu rural et poursuit ses travaux de recherche en philosophie. Après avoir obtenu un doctorat à Cambridge en 1929, il donne des cours à Trinity College de 1933-1936, puis à l’université sur les fondements des mathématiques, et sur la philosophie de la psychologie, notamment. Il poursuit alors ce qui sera publié sous le titre de Recherches philosophiques. Il obtient la nationalité britannique en 1938, au moment où l’Allemagne annexe l’Autriche. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il accomplit son service civil dans un hôpital londonien. Une grave maladie rénale l’oblige à renoncer, dès 1947, à l’enseignement.

Les années suivantes, il séjourne successivement en Irlande, aux États-Unis, en Norvège, et en Autriche. Il achève ses Recherches en 1949. De retour à Cambridge, il se remet à l’écriture de De la certitude qui restera inachevé.

Ludwig Wittgenstein meurt le 29 avril 1951.

Sa pensée

Le Tractatus logico-philosophicus est un essai constitué d’aphorismes ordonnés et numérotés selon un enchaînement logique. Ne serait‑ce que par son rythme, c’est un texte très singulier et marquant de la philosophie du XXe siècle. Il est écrit et publié en allemand en 1921, puis traduit et publié en anglais en 1922. La première traduction française paraît en 1961.

Dans ce premier livre, Wittgenstein mène une entreprise de clarification du sens des énoncés du langage ordinaire, dont il montre les limites. Dans ce Tractatus, il souligne la propension des philosophes à produire des énoncés obscurs induisant des controverses insensées et affirme que seule la compréhension de la structure logique du langage permet de représenter le monde, en produisant une image comparable au réel avec lequel il partage sa forme. Cette conception picturale de la pensée et du discours sera développée différemment dans la suite de son œuvre, en particulier lorsque Wittgenstein s’intéressera aux images qui transposent une multiplicité logique dans une autre.

On lui doit aussi des études philosophiques qui portent sur la psychologie, les mathématiques et la logique. Il établit, notamment, que la pensée est le domaine même de la logique ; nous ne saurions penser sans les lois ou hors des lois de la logique.

« Ce qui se laisse dire, se laisse dire clairement ; et ce dont on ne peut parler, il faut le taire. »


Œuvres principales

Œuvres principales de Ludwig Wittgenstein
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.